Quantcast
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog



Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 110 | 111 | (Page 112) | 113 | 114 | .... | 309 | newer

    0 0

    Scènes et aventures en Afghanistan
    Scènes et aventures en Afghanistan est le récit personnel d'un soldat de l'armée de la Compagnie anglaise des Indes orientales, dans lequel il fait part de ses expériences pendant la première guerre anglo-afghane (1838−1842). L'auteur, le sergent-major William Taylor, raconte la marche de son régiment près de Bombay (aujourd'hui Mumbai), en Inde, à la frontière avec l'Afghanistan. Il écrit dans la préface : « Mon récit simple et franc est celui d'un soldat plus habitué à manier l'épée plutôt que la plume… » L'action se déroule en 1838 et 1839. Selon Taylor, les forces britanniques furent envoyées en Afghanistan pour protéger les possessions de la Compagnie anglaise des Indes orientales « contre les complots et les agressions de la Perse », mais son explication néglige le point majeur de l'invasion. Bien que l'expansion persane influençât le raisonnement stratégique britannique, ce furent en réalité les ambitions perçues de l'Empire russe qui entraînèrent l'occupation britannique de Kaboul, la destitution du souverain afghan Dōst Moḥammad Khān et son remplacement par l'émir plus docile Shah Shujā' (1780−1842 env.). Le régiment de Taylor passa peu de temps ou pas du tout en Afghanistan. Son récit relate la marche depuis Bombay vers le nord, à travers la province du Sind et jusqu'à la frontière de l'actuel Baloutchistan pakistanais. Taylor décrit la vie du camp militaire et les interactions plus ou moins pacifiques avec la population locale. Il inclut également des récits sur la chasse et la pêche, ainsi que des observations sur les mariages, les achats dans les marchés et d'autres scènes et activités. Le livre, publié pour la première fois en 1842, devint un récit de voyage populaire et fut régulièrement réimprimé. Il s'agit ici de l'édition de 1847, produite par les éditeurs londoniens T.C. Newby, Parry, Blenkarn & Company.

    0 0

    Le soleil du jour, volume 1, numéro 9, janvier 1874
    Shams al-nahār (Le soleil du jour), écrit en dari, est le premier périodique imprimé d'Afghanistan. Le souverain afghan Sher 'Alī Khān (règne : 1863−1866 et 1868−1879) introduisit l'imprimerie en Afghanistan après un voyage en Inde, où il fut impressionné par les avancées technologiques accomplies sous le Raj britannique. Au moins trois imprimeries lithographiques furent exploitées à Kaboul durant la seconde période du règne de Sher 'Alī Khān, notamment celles de Shams al-nahār, de Murtaḍāwī et de Muṣṭafawī. Les premiers numéros de Shams al-nahār furent imprimés à la presse Murtaḍāwī. La publication s'installa à la presse Shams al-nahār au plus tard pour le septième numéro. La première page de Shams al-nahār arbore un emblème formé d'un médaillon circulaire renfermant le nom Shams al-nahār-i Kābul et flanqué de deux lions brandissant une épée. Les lions font allusion à Sher 'Alī Khān. Sher signifie lion en persan et 'Alī, gendre vénéré du prophète Mahomet, est souvent désigné par l'épithète Shīr-i Ḥaqq (lion de Dieu). L'ensemble de la composition est encadré de vers dévotionnels implorant de Dieu la réussite. L'exemplaire présenté ici est le neuvième numéro, datant du 7 dhou al hijja 1290, soit le 26 janvier 1874. Le périodique contient au début des instructions pour s'y abonner, accompagnées de la liste des prix des abonnements, et une publicité pour un ouvrage de référence en arabe, en persan, en anglais et en ourdou. Le reste du numéro est constitué de plus d'une douzaine d'entrées de bulletin d'informations, dont la longueur varie de quelques lignes à plusieurs pages. Les articles portent sur des actualités d'Afghanistan, mais également des puissances coloniales européennes qui étaient profondément impliquées dans les affaires afghanes, principalement la Grande-Bretagne et la Russie. Le périodique comporte des reportages sur le mariage de la princesse russe Maria Alexandrovna et du prince Alfred de Grande-Bretagne, ainsi qu'un article sur le débarquement des forces britanniques à Cape Coast, en Afrique, pendant la troisième guerre anglo-ashanti. Certains des articles sont attribués à des publications indiennes (Ṭilism-i ḥayrat, Sind News et Mufarraḥ al-qulūb). Quelques chroniques, figurant sous le titre « La situation de l'Europe via la ligne électrique », sont des histoires transmises par télégraphe. Les actualités afghanes incluent un article sur un projet visant à abriter les personnes sans domicile de Kaboul et sur une femme hazara indigente morte de froid.

    0 0

    La première guerre afghane et ses causes
    Sir Henry Marion Durand (1812−1871), officier de l'armée britannique et administrateur colonial, participa aux phases initiales de la première guerre afghane (1838−1842) et en écrivit par la suite une histoire. Sous-lieutenant du corps du génie du Bengale à l'âge de 15 ans, il prit le bateau pour l'Inde en octobre 1829. En 1839, il fit partie de la colonne de soldats britanniques et indiens qui envahirent l'Afghanistan, sous le commandement de sir John Keane. Le 23 juillet 1839, accompagné d'un sergent britannique et d'un petit groupe de sapeurs indiens, Durand perça la porte de Kaboul vers la ville et forteresse de Ghazni, jouant un rôle majeur dans la capture de la cité. À la suite d'un désaccord avec ses supérieurs, il quitta l'Afghanistan, évitant la débâcle de la marche sur Jalalabad en janvier 1842, lorsqu'une colonne britannique de 4 500 soldats et 12 000 civils associés aux troupes furent annihilés par les guerriers ghilzais. Il servit ensuite à différents postes en Birmanie et en Inde. En 1847, alors en permission en Angleterre, il entreprit l'écriture de La première guerre afghane et ses causes. Bien qu'il ne terminât jamais l'ouvrage, son fils le publia en 1879. Durand critiqua à bien des égards la politique britannique en Afghanistan.

    0 0

    Feuilles d'un carnet afghan : les expériences d'un officier anglais et de son épouse à Kaboul
    Ernest Thornton, officier anglais et directeur industriel, fut engagé en 1892 par le souverain afghan, l'émir 'Abd al-Rahman Khān (règne : 1880−1901), pour établir une tannerie et une usine de cuir à Kaboul. Après s'être heurté à des difficultés de tous ordres durant le projet, Thornton démissionna de son poste et quitta l'Afghanistan l'année suivante. À la fin de l'année 1902, le gouvernement afghan lui proposa de revenir à Kaboul pour réessayer d'établir une usine. Thornton et son épouse Annie vécurent de 1903 à 1909 en Afghanistan, où il fit construire et exploita une usine produisant des bottes pour l'armée afghane. Thornton, qui fut un temps le seul Anglais vivant dans le pays, travailla étroitement avec le successeur d'Abd al-Rahman, l'émir Habibullah Khān (règne : 1901−1919), qui chercha à moderniser l'Afghanistan, mais dont la passion réelle était le golf. Dans Feuilles d'un carnet afghan, les Thornton racontent leur vie dans ce pays. L'ouvrage offre un portrait détaillé de l'émir Habibullah Khān et de la vie à la cour, ainsi que des observations sur la vie religieuse, les coutumes, les habitudes vestimentaires, la musique et les activités économiques afghanes. Les notes les plus intéressantes sont notamment celles d'Ernest Thornton sur la rapidité à laquelle une main d'œuvre afghane majoritairement analphabète, avec peu ou pas d'éducation formelle ou de formation au travail industriel, parvint à maîtriser les technologies modernes et à utiliser des machines actuelles importées d'Europe.

    0 0

    La brigade de Sale en Afghanistan, avec un récit de la prise et de la défense de Jellalabad
    Ce livre contient un récit élogieux des actions de la première brigade du Bengale, commandée par le colonel Robert Henry Sale (1782−1845) pendant la première guerre anglo-afghane (1838−1842). Le conflit commença en juin 1838 lorsque les Britanniques envahirent l'Afghanistan depuis l'Inde, dans le but de renverser le souverain afghan, l'émir Dōst Moḥammad Khān, et de le remplacer par le roi précédent censé être probritannique, Shāh Shujā'. La brigade de Sale, qui se fraya un chemin dans le pays durant les combats, aida à installer sur le trône Shah Shujā' à Jalalabad. Dōst Moḥammad s'enfuit à Boukhara (aujourd'hui en Ouzbékistan), mais il revint pour mener une révolte en 1841−1842 contre les Britanniques et Shah Shujā'. Il s'empara de Kaboul et des tribus afghanes annihilèrent une force britannique de 4 500 hommes et des milliers de partisans. Sale parvint à conserver Jalalabad contre des attaquants supérieurs. Relevé par une grande force britannique sous le commandement de sir George Pollock, il se retira finalement en Inde. Sale mourut au combat, lors de la première guerre anglo-sikh de 1845−1846. Ce livre fut écrit par George Robert Gleig (1796−1888), chapelain des forces armées, soldat et auteur britannique qui produisit de nombreux livres sur des thèmes militaires, impériaux et associés à l'Inde.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0
  • 01/13/15--10:30: La frontière afghane
  • La frontière afghane
    George Campbell (1824−1892) effectua une longue carrière dans l'administration coloniale en Inde, où il se rendit pour la première fois en 1843 pour servir auprès de la Compagnie anglaise des Indes orientales. Il devint par la suite lieutenant-gouverneur du Bengale (1871−1874). Campbell écrivit plusieurs livres sur l'Inde. Il se forgea dans ce pays une réputation d'administrateur réellement préoccupé par le bien-être du peuple indien, tout en étant paternaliste et autoritaire. Campbell quitta l'Inde en 1874 pour rentrer définitivement en Angleterre. Il rejoignit les rangs du parti libéral, puis il fut élu membre du Parlement pour Kirkcaldy en 1875. Dans ce court ouvrage, La frontière afghane, publié en 1879 au début de la seconde guerre anglo-afghane (1878−1880), Campbell critique de façon virulente les erreurs et les incohérences qui, selon lui, caractérisèrent la politique britannique à l'égard de l'Afghanistan. L'auteur commence par fournir un bref aperçu de la situation précédant le conflit, du contexte militaire et politique au cours du printemps 1879, et de l'histoire, de la géographie et de l'ethnographie du pays. Il présente ensuite son argument selon lequel les Britanniques auraient dû accepter un accord de compromis avec le nouveau souverain afghan 'Abd al-Rahman Khan et se retirer du pays. La philosophie de Campbell est résumée dans les dernières phrases du livre : « Je suis moi-même pour l'essor économique, la paix et le calme dans les foyers, mais nous devrions maintenir notre présence en Inde aussi longtemps que possible, sans être forcés de prendre part à des projets ambitieux au-delà de la frontière indienne. Telle était mon opinion en 1849 et elle demeure la même en 1879. »

    0 0

    Histoire de l'Afghanistan : manuel officiel pour l'examen d'interprétariat pachto des officiers militaires
    Tārīkh-i-Afghānistān (Histoire de l'Afghanistan) est une traduction en pachto de l'ouvrage Histoire de l'Afghanistan, des temps anciens à l'éclatement de la guerre de 1878 (1879) de G.B. Malleson. Publié à Peshawar en 1930, le livre fut utilisé comme manuel pour les officiers militaires britanniques servant dans les régions de langue pachto en Afghanistan et dans le nord-ouest de l'Inde (actuel Pakistan). L'objectif consistait à fournir un texte d'apprentissage linguistique, initiant également ses lecteurs à l'histoire des territoires pachtounes. La traduction fut réalisée par Ahmad Jan (1818−1899), munshi (scribe ou clerc) de Peshawar. Le pachto, l'une des principales langues parlées en Afghanistan, est officiellement reconnu dans la constitution du pays de 2004. De nombreux dialectes pachtos sont utilisés dans différentes régions d'Afghanistan et les juridictions du nord-ouest du Pakistan. Comme le dari, le pachto appartient au groupe des langues iraniennes, mais ces langues afghanes ne sont pas mutuellement compréhensibles pour la population générale. Aujourd'hui encore, les linguistes s'appuient sur le travail de terrain du XIXe siècle et du début du XXe pour décrire les caractéristiques phonétiques et syntaxiques de la langue. Munshi Ahmad Jan est connu pour avoir développé un style moderne d'écriture en prose pachto.

    0 0

    Vente d'articles en laine et production de la laine. Vente de cordes
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Vente d'articles en laine et production de la laine. Métier à tisser pour le tissage de tapis fins
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Vente d'articles en laine et production de la laine. Métier à tisser pour le tissage des cordes
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Production de la soie. Broderie avec de la soie
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Métier à tisser pour le tissu à rayures en soie, ou adras
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Éclosion des vers à soie
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Vente d'articles en laine et production de la laine. Vente de tapis fins
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Bobine pour la préparation de la chaîne
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Production de la soie. Bobine
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Préparation du fil
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Préparation du roseau
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Garçon utilisant un rouet en pierre
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    0 0

    Production de la soie. Métier à tisser pour la soie
    Cette photographie est extraite de la partie sur les métiers (l'économie) de l'Album du Turkestan, étude visuelle complète de l'Asie centrale entreprise après que l'Empire russe prit le contrôle de la région dans les années 1860. Commandé par le général Konstantin Petrovich von Kaufman (1818–1882), premier gouverneur général du Turkestan russe, l'album est composé de six volumes en quatre parties : la partie archéologique (deux volumes), la partie ethnologique (deux volumes), la partie sur les métiers (un volume) et la partie historique (un volume). L'album fut essentiellement compilé par l'orientaliste russe Aleksandr L. Kun, assisté de Nikolai V. Bogaevskii. Il comporte près de 1 200 photographies et inclut également des plans architecturaux, des dessins à l'aquarelle et des cartes. La partie sur les métiers compte 212 photographies et 1 dessin montés sur 44 planches, ayant pour sujets divers métiers et artisanats du domaine textile (planches 1-10), de la métallurgie et de l'exploitation minière (planches 11-19), du travail du bois et de la menuiserie (planches 20-24), du travail du cuir (planches 25-30), de l'agriculture, de la boulangerie et d'autres produits (planches 31-41), ainsi que de la fabrication de poteries et d'autres petites industries (planches 42-44).

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!

older | 1 | .... | 110 | 111 | (Page 112) | 113 | 114 | .... | 309 | newer