Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 199 | 200 | (Page 201) | 202 | 203 | .... | 309 | newer

    0 0
  • 02/04/16--06:26: Sao Tomé-et-Principe
  • Sao Tomé-et-Principe
    En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Sao Tomé-et-Principe est le numéro 119 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Situées dans le golfe de Guinée, au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest, les îles de Sao Tomé-et-Principe furent découvertes et revendiquées par des navigateurs portugais vers 1470. Elles n'étaient pas habitées à l'époque. En 1493, les Portugais commencèrent à coloniser Sao Tomé, y introduisirent la culture de la canne à sucre fondée sur l'esclavage, importé du continent africain voisin. Les premiers colons portugais étaient en majorité des prisonniers et des garçons juifs enlevés à leurs parents. La production de canne à sucre commença vers 1520 à Principe. Au cours du XVIe siècle, les îles furent le plus grand producteur de sucre au monde, mais la production déclina plus tard à cause de la concurrence du Brésil. Le livre présenté ici est consacré à la géographie physique et politique, à l'histoire politique, et aux conditions sociales, politiques et économiques. La population totale des îles comptait 58 907 habitants en 1914, en grande majorité concentrée à Sao Tomé. L'industrie sucrière ayant depuis longtemps disparu, elle fut remplacée par la culture du cacao. En 1913, Sao Tomé-et-Principe auraient réalisé environ un sixième de la production mondiale de cacao. Les exportations de la récolte atteignirent le record de 43 495 tonnes, soit 97 % des exportations de l'île. Dans la conclusion, l'étude indique que les îles « souffrent d'un sérieux handicap, car leurs recettes excédentaires, qui pourraient être investies localement, sont utilisées pour combler les déficits dans d'autres colonies portugaises, comme l'Angola ». La colonie devint République démocratique de Sao Tomé-et-Principe indépendante le 12 juillet 1975.

    0 0
  • 02/04/16--06:26: Saint-Pierre et Miquelon
  • Saint-Pierre et Miquelon
    En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Saint-Pierre et Miquelon est le numéro 131 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Saint-Pierre et Miquelon sont deux petites îles, situées à environ 16 kilomètres à l'ouest et au sud-ouest de Terre-Neuve. Selon cet ouvrage, elles représentent « tout ce qui reste à la France de son ancien grand empire en Amérique du Nord... ». La partie abordant l'histoire politique relate l'alternance de possession des îles entre les Français, qui l'occupèrent en premier vers 1650, et les Britanniques, jusqu'à leur cession finale à la France en 1814. L'étude souligne que la « raison de cette cession de Saint-Pierre et de Miquelon était importante aux yeux du gouvernement français, de par leur utilisation en tant que bases pour la poursuite de ses activités halieutiques sur les Grands Bancs et la côte de Terre-Neuve. Par conséquent, durant de nombreuses années, Saint-Pierre a profité d'une prospérité notable, en tant que quartier général d'une importante flotte de pêche constituée de quelque 200 navires... ». L'auteur de l'étude décrit le déclin économique des îles qui s'ensuivit dû à l'effondrement de la pêche à la morue et au déplacement des ports d'attache vers le continent terre-neuvien. La section relative aux conditions économiques aborde en détail la pêche à la morue, notamment les stocks locaux, le mode de pêche pratiqué, le nettoyage et le séchage du poisson, le marché de l'exportation et la main-d'œuvre de ce secteur économique. Le population de la colonie en 1911 comptait 4 209 personnes, contre 6 482 en 1902. Saint-Pierre-et-Miquelon est de nos jours une collectivité autonome appartenant à la France.

    0 0
  • 02/04/16--06:26: Sénégal
  • Sénégal
    En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Sénégal est le numéro 102 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Le Sénégal fut une des colonies françaises d'Afrique les plus anciennes et les plus importantes. L'activité française sur la côte africaine, à l'embouchure du fleuve Sénégal, commença dès 1626, et sa colonisation par la Compagnie royale du Sénégal dès le début du XVIIIe siècle. La colonie passa momentanément sous le contrôle britannique, mais elle fut restituée à la France en 1814. Le Sénégal fut intégré au Gouvernement général d'Afrique-Occidentale par un décret français du 18 octobre 1904. Le livre présenté ici est consacré à la géographie physique et politique, à l'histoire politique, et aux conditions sociales, politiques et économiques. La partie sur les conditions sociales et politiques est très brève, puisque le sujet des conditions religieuses, de l'organisation militaire et de l'éducation publique au Sénégal est abordé dans le numéro 100 de la série Afrique-Occidentale française. La population totale de la colonie en 1916 était évaluée 1 259 920 habitants, dont les groupes ethniques principaux étaient les Wolofs, les Peuls (Pulaars ou Fulanis) et les Sérères. La partie sur l'économie souligne l'importance du grand port commercial et naval de Dakar, qui était aussi relié par voie ferrée à la ville côtière de Saint-Louis et à son port. L'agriculture constituait le principal secteur économique de la colonie, et l'arachide son produit d'exportation principal. La déforestation et la désertification y sont signalées comme de graves problématiques environnementales. La colonie devint la République du Sénégal indépendante en 1960.

    0 0
  • 02/04/16--06:26: Schleswig-Holstein
  • Schleswig-Holstein
    En préparation à la conférence de paix qui devait suivre la Première Guerre mondiale, au printemps 1917, le ministère des Affaires étrangères britannique établit une section spéciale chargée de préparer les informations de synthèse utiles aux délégués britanniques. Schleswig-Holstein est le numéro 35 d'une série de plus de 160 études produites par cette section, dont la plupart furent publiées après la conclusion de la conférence de paix de Paris en 1919. Le roi du Danemark régna sur les duchés de Schleswig et de Holstein jusqu'en 1864 où, en conséquence d'une brève guerre opposant l'Autriche et la Prusse au Danemark, ils passèrent sous le contrôle conjoint austro-prussien. Le condominium des deux grandes puissances germaniques prit fin dès 1866, quand les deux duchés passèrent sous le contrôle exclusif de la Prusse, suite à la guerre austro-prussienne de la même année. Ils furent alors regroupés pour former la province prussienne de Schleswig-Holstein. Les habitants de Holstein étaient essentiellement germanophones, tandis que ceux de Schleswig parlaient le danois, bien que l'allemand se soit répandu pendant des siècles sur un territoire de plus en plus vaste au nord du fleuve Eider (frontière entre les deux duchés et traditionnellement la frontière entre l'Allemagne et la Scandinavie). Une minorité de personnes parlant le frison habitait aussi à l'intérieur du Schleswig et sur plusieurs îles du duché. Le livre traite de la géographie physique et politique, de l'histoire politique, des conditions sociales et politiques, ainsi que des conditions économiques. La partie historique est la plus longue, consacrée à l'analyse d'un point de vue politique, diplomatique, militaire, dynastique et linguistique des différends pour le contrôle de la province. La population du Schleswig-Holstein comptait 1 621 004 habitants en 1910. La partie sur l'économie souligne l'importance du canal de Kiel reliant la mer du Nord à la mer Baltique (construit par l'Allemagne et ouvert en 1895), des ports industriels de Kiel et d'Altona, ainsi que la richesse générée par les petites fermes de la province et par la pêche de l'aiglefin, du hareng et de la morue. Après la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, le traité de Versailles stipula que l'avenir du Schleswig devait être déterminé par un plébiscite. Le vote eut lieu en février 1920. Les trois quarts de la population votèrent en faveur de l'union avec le Danemark et, en juillet 1920, la province rejoignit le Danemark. Le Holstein continua d'appartenir à l'Allemagne.

    0 0

    Princesse Marie-Clotilde de Savoie
    Marie-Clotilde de Savoie (1843–1911) fut l'épouse de Napoléon-Joseph-Charles-Paul Bonaparte (1822–1891), neveu de l'empereur français Napoléon 1er. Née à Turin, elle est la fille aînée de Victor Emmanuel II, roi de Sardaigne, et d’Adélaïde d’Autriche. Le prince Napoléon participa à la vie politique française en tant qu'élu de l'ordre républicain et membre d'une famille prétendant au trône de France. Marie-Clotilde était une femme pieuse et modeste qui désapprouva souvent les excès de son mari. Ils eurent deux fils, Victor-Napoléon-Jérôme-Frédéric (1862–1926) et Louis (1864–1932), et une fille, Marie-Laetitia (1866–1926). Le couple fit un voyage aux États-Unis en 1861. C'est probablement lors de ce voyage que cette photographie fut prise. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Colonel Benjamin Franklin Kelley
    Benjamin Franklin Kelley (1807–1891) fut général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à New Hampton, dans le New Hampshire, il travailla quelque temps comme transitaire pour la ligne de chemin de fer Baltimore & Ohio. Au déclenchement de la guerre de Sécession, il forma le premier régiment d'infanterie volontaire de la Virginie-Occidentale et fut nommé colonel. Il fut grièvement blessé à la bataille de Philippi, en Virginie-Occidentale, et fut promu général de brigade. Sa mission principale pendant la guerre fut de protéger les lignes ferroviaires du Maryland et de la Virginie-Occidentale. Dans ce cliché, pris en 1861 ou en 1862, il est identifié comme colonel. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Général de brigade James Shields
    James Shields (1806‒1879) fut général de l'Union durant la guerre de Sécession. Il fut le seul sénateur à représenter trois États différents au Sénat américain. Né à Altmore, en Irlande, il immigra aux États-Unis en 1827 et, l'année suivante, s'installa à Kaskaskia, dans l'Illinois. Jeune homme, il pratiqua le droit et se lança dans la politique. Il fut élu à l'assemblée législative de l'Illinois puis fut nommé à la Commission des travaux publics et à la Cour des comptes. Démocrate jacksonien, il exprima son désaccord avec Abraham Lincoln à maintes reprises. Au milieu de la controverse politique sur la faillite des banques d'État en 1842, Shields provoqua Lincoln en duel. Le 22 septembre 1842, les deux hommes se retrouvèrent sur l'« Île sanglante » pour un duel, qui n'eut finalement pas lieu, car Shields retira ses accusations contre Lincoln d'avoir écrit des articles injurieux à son sujet. Pendant la guerre américano-mexicaine (1846-1848), Shields leva un régiment, fut nommé général de brigade et servit avec distinction. Après la guerre, il retourna dans l'Illinois et fut élu au Sénat américain, où il siégea de 1849 à 1855. Ayant échoué dans sa tentative de réélection, il s'installa dans le Minnesota. Suite à l'intégration de l'État du Minnesota dans l'Union, il fut de nouveau élu au Sénat américain (1858-1859). Lorsque la guerre de Sécession éclata, il fut nommé général de brigade et servit sous le général Nathaniel Banks, dans le Département de la Shenandoah. Shields démissionna lorsque le Sénat refusa de confirmer sa promotion au grade de major général. Il s'installa dans le Missouri et reprit la pratique du droit. En 1879, il fut réélu au Sénat américain, cette fois pour l'État du Missouri. Il y siégea quelques mois jusqu'à l'expiration d'un mandat restant à courir. Il refusa de se représenter aux élections de 1879 et mourut quelque temps après avoir terminé son mandat au Sénat. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Général de brigade Louis Blenker
    Louis Blenker (1812‒1863) fut un général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né Ludwig Blenker, à Worms, en Allemagne, il s'engagea dans la légion bavaroise en 1832, qui combattit auprès du prince Othon (le futur roi Othon 1er de Grèce). Il se distingua, par la suite, dans les révolutions allemandes de 1848. Il immigra aux États-Unis en 1849 et s'installa dans le comté de Rockland, dans l'État de New York, avant de s'établir à New York. Lorsque la guerre de Sécession éclata, il forma le huitième régiment d'infanterie de New York, un corps composé de volontaires germano-américains, et fut nommé colonel. Louis Blenker commanda ses troupes avec brio dans la première bataille de Bull Run et fut promu général de brigade pour sa bravoure. En décembre 1861, il fut nommé commandant d'une division opérant dans le département des Montagnes mais il fut relevé de son commandement, en juin 1862, après avoir subi une grave défaite lors de la bataille de Cross Keys. Il décéda plus tard des suites de blessures dues à une chute de cheval pendant la campagne de Virginie. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Major général David Hunter
  • Major général David Hunter
    David Hunter (1802‒1886) fut général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à Washington (district de Columbia), il fut diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point, en 1822. Contrairement à de nombreux généraux de sa génération, il ne combattit pas durant la guerre américano-mexicaine (1846−1848). Une division lui fut confiée au début de la guerre de Sécession, en 1861. Il fut grièvement blessé à la première bataille de Bull Run, également appelée première bataille de Manassas, puis réaffecté au département de l'Ouest, dans le Missouri. En 1862, alors commandant du département du Sud, il ordonna la libération de tous les esclaves de son département et, après le refus de sa demande de renforts pour protéger la Caroline du Sud, la Géorgie et les côtes de Floride, il encouragea les anciens esclaves à se joindre à la lutte contre la Confédération. Son ordre fut rapidement annulé par le président Abraham Lincoln qui, pour des raisons politiques, n'était pas encore prêt à accepter des esclaves affranchis au sein des forces de l'Union. En 1864, David Hunter prit le commandement du département de la Virginie-Occidentale et reçut l'ordre de rentrer dans Lynchburg, en Virginie. Il s'empara de nombreuses villes durant sa progression dans la vallée de Shenandoah, mais, croyant à tort que le général Jubal Early avait renforcé les troupes confédérées à Lynchburg, David Hunter retira ses forces, laissant la vallée vulnérable face à l'avancée du général Early vers Washington. Cette erreur provoqua sa démission. Il siégea, par la suite, à la commission militaire qui jugea les conspirateurs impliqués dans l'assassinat du président Abraham Lincoln. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Major général John E. Wool
  • Major général John E. Wool
    John Ellis Wool (1784–1869) fut général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à Newburg, dans l'État de New York, il fut d'abord libraire puis avocat à New York. Lorsque la Guerre de 1812 éclata, il s'enrôla dans l'armée et se distingua dans cette guerre ainsi que dans la guerre américano-mexicaine (1846-1848). Avant la guerre de Sécession et à ses débuts, il commanda le département de l'Est et, en tant que commandant du département de Virginie, il parvint à contrôler Fort Monroe, en Virginie, pour le compte de l'armée de l'Union. Fort Monroe demeura sous le contrôle des forces de l'Union durant toute la guerre et devint le principal point d'approvisionnement lors de la Campagne péninsulaire de 1862. John E. Wool occupa plusieurs autres postes de commandement et fut élevé au grade de major général pour son rôle dans la reprise de contrôle du chantier naval de Gosport, à Norfolk, en Virginie. Il prit sa retraite en août 1863, après plus de 50 ans de service. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Major général John Adams Dix
    John Adams Dix (1798–1879) fut sénateur américain ainsi que général de l'Union durant la guerre de Sécession. Né à Boscawen, dans le New Hampshire, il s'engagea dans l'armée à 15 ans pour participer à la Guerre de 1812. Il combattit dans les batailles du champ Crysler, en 1813, et du Niagara, connue aussi sous le nom de bataille de Lundy's Lane, en 1814. Alors qu'il était encore dans l'armée, il étudia le droit et fut admis au barreau du district de Columbia. En 1828, John Adams Dix quitta l'armée pour travailler à New York et poursuivre une carrière politique. Démocrate jacksonien, il fut adjudant-général et secrétaire de l'État de New York, puis directeur général des postes et secrétaire du Trésor des États-Unis. Lorsque la guerre de Sécession éclata, en 1861, il fut nommé major général et commanda le département du Maryland, Fort Monroe, ainsi que le département de l'Est. Son plus grand fait de guerre fut la négociation du cartel Dix-Hill, le 22 juillet 1862, accord d'échange de prisonniers avec les autorités confédérées. Après la guerre, il fut nommé ambassadeur des États-Unis en France puis gouverneur de New York. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Adèle Cutts Douglas
  • Adèle Cutts Douglas
    Adèle Cutts Douglas (1835–1899) fut la seconde épouse de Stephen A. Douglas (1813–1861), sénateur américain et candidat aux élections présidentielles, surtout connu pour les débats qui l'opposèrent à Abraham Lincoln en 1858. Née à Washington (district de Columbia), Adèle Cutts étudia dans une école catholique de Georgetown et passa la plus grande partie de sa jeunesse chez sa grande tante, Dolly Madison, au Lafayette Square, où elle fut plongée dans la scène politique et sociale de l'élite de Washington. Elle accompagna son mari à travers l'Illinois durant les débats qui l'opposèrent à Abraham Lincoln et fut à ses côtés lors de la campagne présidentielle de 1860. Après la mort de Stephen Douglas, elle épousa un officier de l'Union, Robert Williams, avec qui elle eut six enfants. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Commodore Theodorus Bailey
  • Commodore Theodorus Bailey
    Theodorus Bailey (1805-77) fut officier de marine de l'Union pendant la guerre de Sécession. Il naquit à Chateaugay, dans l'état de New York, et s'enrola dans la marine comme aspirant à l'âge de 13 ans. Son service précoce lui valut de réaliser deux tours du globe avant d'avoir atteint l'âge de 32 ans. Bailey obtint son premier commandement durant la guerre américano-mexicaine (1846-1848). Au début de la guerre de Sécession en avril 1861, le capitaine Bailey fut nommé commandant de l'escadre de blocus du golfe (Gulf Blockading Squadron). En avril 1862, il fut promu commandant en second de l'escadre chargée du blocus de la côte ouest du golfe (West Gulf Coast Blockading Squadron). Il servit sous les ordres de l'amiral David G. Farragut lors de la capture de La Nouvelle-Orléans. Trois mois plus tard, il fut nommé commodore et pris le commandement de l'escadre de blocus de la côte est du golfe (East Gulf Coast Blockading Squadron) qui gardait la côte de la Floride. Ses troupes capturèrent 150 navires et attaquèrent de nombreux ports de la Confédération. À la fin de la guerre, il fut affecté au chantier naval de Portsmouth et nommé contre-amiral. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Brigadier-général Robert Anderson
    Robert Anderson (1805-1871) fut officier de l'armée américaine pendant la guerre de Sécession et acquit une renommée nationale en tant que commandant de la garnison de l'Union à Fort Sumter dans le port de Charleston, en Caroline du Sud, au début de la guerre de Sécession. Né près de Louisville, dans le Kentucky, il fut diplômé de l'Académie militaire des États-Unis à West Point en 1825. Il combattit lors de la guerre de Black Hawk (1832) et dans la Seconde Guerre séminole (1835-1842). Anderson parlait couramment le français et avait étudié les tactiques d'artillerie françaises, ce qui lui permit de contribuer au développement d'une artillerie volante extrêmement mobile, appelée également artillerie légère ou artillerie à cheval. Celle-ci fut largement utilisée pendant la guerre américano-mexicaine (1846-1848), lors de laquelle il servit avec distinction. En prévision de la guerre de Sécession, il se vit confier le commandement de la garnison de Charleston. Il amena ses troupes, soit seulement deux compagnies, dans le Fort Sumter encore en construction au mileu du port, où son refus de capituler pendant 34 heures sous les bombardements lui acquit la réputation de héros de l'Union. Il fut promu général de brigade par le président Abraham Lincoln et affecté au commandement du département du Kentucky, et plus tard, celui du Cumberland. Il fut rapidement contraint de donner sa démission en raison de son faible état de santé. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Brigadier-général Abram Duryée
    Abram Duryée (1815-1890) fut général de l'Union pendant la guerre de Sécession. Né à New York, il obtint un diplôme de l'Université Columbia et devint riche importateur d'acajou. Il gravit rapidement les échelons de la milice de l'État de New York et atteint le rang de colonel en 1859. Contrairement à de nombreux généraux aussi bien nordistes que sudistes, il ne participa pas à la guerre américano-mexicaine. Lorsque la guerre de Sécession éclata, Duryée recruta un régiment connu sous le nom de « Zouaves de Duryée », ou encore la 5e New York, qu'il dirigea pendant la bataille de Big Bethel (10 juin 1861) en Virginie. En août 1861, il fut promu général de brigade et on lui affecta une escouade dans l'Armée du Potomac. Il fut blessé pendant la seconde bataille de Bull Run (ou Second Manassas), qui se déroula du 28 au 30 août 1862, et à plusieurs reprises pendant la guerre. Il quitta l'armée en janvier 1863. Il fut toutefois breveté major général des volontaires à la fin de la guerre pour ses valeureux services. Il retourna à New York où, dans les années 1870, il devint commissaire de police puis officier de port. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Major général Franz Sigel
  • Major général Franz Sigel
    L'officier germano-américain Franz Sigel (1824-1902) fut un général de l'Union pendant la guerre de Sécession. Né à Sinsheim, dans le grand-duché de Bade, il fut diplômé de l'école militaire de Karlsruhe en 1843. Sigel fut colonel puis secrétaire à la guerre de l'armée révolutionnaire de Bade lors des révolutions de 1848 et 1849. Il immigra à New York en 1852 où, avec son beau-père, il créa l'Institut germano-américain. Il devint un favori du Président Abraham Lincoln pour avoir su rallier les Germano-Américains à la cause de l'Union. En mai 1861, il fut nommé colonel de la troisième division d'infanterie du Missouri, régiment de volontaires formés pour chasser les Confédérés de l'État du Missouri. Malgré de lourdes pertes subies sur le champ de bataille, Sigel fut largement soutenu par la presse républicaine et germano-américaine, ce qui lui assura plusieurs promotions. On lui attribua la victoire de la bataille de Pea Ridge, les 7 et 8 mars 1862, connue aussi sous le nom de bataille d'Elkhorn Tavern, ce qui assura l'intégration du Missouri dans l'Union et le fit promouvoir major général. En février 1864, il fut nommé au département de Virginie de l'Ouest pour mener la campagne de la vallée de Shenandoah. Lincoln perdit patience envers Sigel lorsque celui-ci, se repliant de Martinsburg vers Harpers Ferry, n'arriva pas à repousser une avancée du général confédéré Jubal A. Early qui faillit atteindre Washington. Sigel fut relevé de son commandement. La démission qu'il présenta ensuite mit fin à sa carrière militaire. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Prince Jérôme Napoléon
  • Prince Jérôme Napoléon
    Napoléon-Joseph-Charles-Paul Bonaparte (1822‒1891) est le fils de Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon 1er, et de ce fait neveu de l'empereur. Il participa à la vie politique française en tant qu'élu de l'ordre républicain et membre d'une famille prétendant au trône de France. Il fut élu à l'Assemblée nationale en 1848. En 1851, il fut nommé successeur de Napoléon III. Après la chute de l'empire, il quitta la France et s'installa en Angleterre ; il revint néanmoins en 1872 et siégea à la Chambre des députés. Le prince Napoléon fit un voyage aux États-Unis en 1861. C'est probablement lors de ce voyage que cette photographie fut prise. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0

    Contre-amiral Samuel Francis Du Pont
    Samuel Francis Du Pont (1803-1865) fut officier de marine de l'Union pendant la guerre de Sécession. Né à Bergen Point (aujourd'hui Bayonne), dans le New Jersey, il était issu de la famille bien connue des Du Pont. Pierre Samuel du Pont de Nemours, son grand-père paternel, fut économiste et diplomate français, conseiller auprès du roi Louis XVI. Du Pont commença sa carrière dans la marine à l'âge de 12 ans en tant qu'aspirant sur le USS Franklin. Il servit avec distinction dans la guerre américano-mexicaine (1846-1848) et joua un rôle essentiel dans la prise de la ville de San Diego. Au début de la guerre de Sécession en avril 1861, il décida de ne pas prendre sa retraite et fut nommé au Conseil du blocus, ou Commission de la conférence, alors responsable de l'ensemble de la stratégie maritime de l'Union. Du Pont fut nommé commandant de l'escadre du blocus de l'Atlantique Sud (South Atlantic Blockading Squadron) en septembre 1861 et fut capturé à Point Royal, en Caroline du Sud, lors de l'un des premiers succès de guerre de l'Union. En juillet 1862, il fut nommé parmi les trois premiers amiraux de la marine. En avril 1863 et contre son gré, Du Pont reçut l'ordre du Département de la marine de mener une attaque navale sur Charleston, en Caroline du sud, plutôt que de lancer une attaque par voies terrestre et maritime, comme il l'avait préconisée. L'opération échoua et il fut par la suite relevé de son commandement. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Commodore Andrew Hull Foote
  • Commodore Andrew Hull Foote
    Andrew Hull Foote (1806-1863) fut officier de marine de l'Union pendant la guerre de Sécession. Né à New Haven, dans le Connecticut, il étudia à l'Académie militaire des États-Unis à West Point, mais quitta l'Académie en 1822 pour servir dans la marine américaine. Foote était un ardent partisan de la sobriété et joua un rôle essentiel dans l'élimination de la ration d'alcool dans la marine. En février 1862, il mena une attaque réussie sur Fort Henry au bord du fleuve Tennessee et fut blessé lors d'une attaque sur Fort Donelson quelques jours plus tard. Foote fut promu contre-amiral plus tard la même année et fut chargé de relever le contre-amiral Samuel Du Pont pour commander l'escadre de blocus de l'Atlantique Sud (South Atlantic Blockading Squadron) à Charleston. Il mourut d'une soudaine néphrite (maladie de Bright) alors qu'il se préparait à prendre son nouveau poste de commandement. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

    0 0
  • 02/18/16--07:56: Commandant Charles S. Boggs
  • Commandant Charles S. Boggs
    Charles Stuart Boggs (1811-1888) fut officier de marine de l'Union pendant la guerre de Sécession. Né à New Brunswick, dans le New Jersey, il servit comme lieutenant à bord du navire à vapeur USS Princeton pendant la guerre américano-mexicaine (1846-1848) où il gagna la réputation de garder son calme en cas de danger. Durant la guerre de Sécession, il fut nommé commandant de l'USS Varuna de la flotte de l'Amiral David Farragut. En avril 1862, il participa à la capture de La Nouvelle-Orléans, ce qui lui valut d'être promu capitaine et réaffecté au commandement des avisos de l'escadre du blocus de l'Atlantique nord (North Atlantic Blockading Squadron). Il commanda plus tard le croiseur à vapeur Connecticut dans les Indes occidentales. Pour sa dernière affectation en temps de guerre, il fut en service spécial au chantier naval de New York. Officier de marine jusqu'en 1872, il prit sa retraite au grade de contre-amiral. Cette photographie provient d'un album de portraits datant principalement de l'époque de la guerre de Sécession par le célèbre photographe américain Matthew Brady (1823-1896), qui appartint à l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891), lui-même photographe et collectionneur de photographies. L'album fut offert à l'empereur par Edward Anthony (1818-1888), autre photographe américain qui, en partenariat avec son frère, dirigeait une société devenue, dans les années 1850, le premier vendeur de fournitures photographiques aux États-Unis. Dom Pedro pourrait avoir acquis l'album lors d'un voyage aux États-Unis en 1876, à l'occasion de son ouverture de l'Exposition du centenaire à Philadelphie, en compagnie du président Ulysses S. Grant. Brady naquit dans le nord de l'État de New York, dans une famille d'immigrants irlandais. Essentiellement célèbre pour ses photographies documentant les batailles de la guerre de Sécession, il débuta sa carrière en 1844 en ouvrant son propre studio de portraits daguerréotypes à l'angle de Fulton Street et de Broadway Street à New York. Au cours des décennies qui suivirent, Brady produisit des portraits de figures de proue parmi les personnalités publiques américaines, dont plusieurs furent publiés sous forme de gravures dans des magazines et des journaux. En 1858, il ouvrit une succursale à Washington (district de Columbia). L'album, qui contient également un petit nombre de tirages non photographiques, fait partie de la collection Thereza Christina Maria de la Bibliothèque nationale du Brésil. La collection est composée de 21 742 photographies que l'empereur Pierre II réunit sa vie durant, puis légua à la bibliothèque nationale. Couvrant une vaste gamme de sujets, la collection détaille les réalisations du Brésil et du peuple brésilien au XIXe siècle, et inclut de nombreuses photographies d'Europe, d'Afrique et d'Amérique du Nord.

older | 1 | .... | 199 | 200 | (Page 201) | 202 | 203 | .... | 309 | newer