Quantcast
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog



Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 237 | 238 | (Page 239) | 240 | 241 | .... | 309 | newer

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 5, juillet 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 4, juin 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 3, mai 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 2, avril 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 1, mars 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, mars 1969
  • Kandahār, mars 1969
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, février 1969
  • Kandahār, février 1969
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 7, septembre 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 12, février 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 11, janvier 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 10, décembre 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 11, numéro 8, octobre 1970
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, juillet 1971
  • Kandahār, juillet 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, juin 1971
  • Kandahār, juin 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, mai 1971
  • Kandahār, mai 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, avril 1971
  • Kandahār, avril 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 13, numéro 2, avril 1972
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0

    Kandahār, volume 13, numéro 1, mars 1972
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, janvier 1972
  • Kandahār, janvier 1972
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    0 0
  • 09/15/16--07:41: Kandahār, décembre 1971
  • Kandahār, décembre 1971
    À sa fondation en 1960, Kandahār se voulait la revue mensuelle du pachto vernaculaire dans la province de Kandahar. Établie au sein de la structure du journal basé à Kandahar Tolo–e Afghan, la revue fut dirigée par Mohammad Wali Zulmay, son premier rédacteur en chef. Dans une note éditoriale datée du 21 avril 1961 et intitulée « Avec les écrivains de Kandahār », le second rédacteur en chef, Agha Mohammad Karzai, indique que l'objectif du magazine consiste à « représenter la culture de Kandahar afin de promouvoir l'instruction du peuple et l'écriture sur les thèmes de l'histoire, de la littérature, de l'économie et de la langue ». Les numéros publiés entre 1961 et 1974 contiennent des articles abordant, entre autres « l'identité pachtoune et le pachto contemporain », « la littérature chinoise », « le Pachtounistan », « le château aux quarante tours de Kandahar », « l'émergence du roman dans la littérature russe », « Abraham Lincoln » et « la guerre interminable du Vietnam ». L'intérêt et l'importance de Kandahār résident dans son caractère vernaculaire. Le magazine comptait parmi les publications majeures en pachto produites et lues dans le sud de l'Afghanistan. Vaste source d'informations sur la pensée littéraire, historique et politique en Afghanistan à partir des années 1960, notamment dans les localités rurales et provinciales, la publication est particulièrement précieuse pour les érudits étudiant l'histoire et la culture afghanes. Chaque mois, Kandahār comportait en moyenne entre 30 et 50 pages. Des illustrations accompagnaient le texte des articles, et les première et quatrième de couverture étaient presque toujours en couleurs. Les contributeurs du magazine furent souvent des intellectuels littéraires nationalistes et locaux de Kandahar, mais également de tout l'Afghanistan. Kandahār paraît encore aujourd'hui, mais son contenu a changé au fil du temps, reflétant la dynamique sociale et politique du pays.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!

older | 1 | .... | 237 | 238 | (Page 239) | 240 | 241 | .... | 309 | newer