Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 272 | 273 | (Page 274) | 275 | 276 | .... | 309 | newer

    0 0

    Taïga d'épicéas près d'Irkoutsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Pâques sous la neige à Irkoutsk. Repas de Pâques
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    À l'intérieur d'une cellule d'isolement dans la prison d'Irkoutsk. Oiseau libre posé à la fenêtre
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Taïga de Transbaïkalie. Chasseur près d'un piège
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Clair de lune près d'Irkoutsk dans un lieu de relocalisation
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Sur les rives de l'Irtych près d'Omsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Grande route sibérienne à travers les monts Oural
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Monts Oural. Taïga dans la région de Zlatooust
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Aurore dans les étendues sauvages de la taïga de Krasnoïarsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Cabane dans la taïga de Krasnoïarsk lors du séjour de l'artiste
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0
  • 01/30/17--12:25: Taïga de nuit
  • Taïga de nuit
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Taïga dans la région de Krasnoïarsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Route de Sibérie en hiver. Convoi de charrettes reliant « Rasseia » à la région de Krasnoïarsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Incendie dans la taïga près de Krasnoïarsk
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Taïga dans les monts Oural près de Zlatooust
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Grande route sibérienne dans les monts Baïkal
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Taillis d'arbres dans la steppe de Baraba
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Trous dans la glace sur l'Irkout
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Hutte dans la taïga près du village de Baranchiki près de la gare de Baïkal. Lieu de vie des ouvriers construisant le chemin de fer de Krugobaïkal
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

    0 0

    Grande route sibérienne dans les montagnes de Krugobaïkal
    L'artiste russe Boris Vasilievich Smirnov (1881–1954) traversa la Sibérie en 1904, depuis la Russie occidentale, à bord d'un convoi de prisonniers. Chemin faisant, il réalisa une série de dessins et d'aquarelles des personnes rencontrées et des lieux parcourus. Mieux connu pour ses portraits, Smirnov privilégiait les visages des hommes et des femmes qu'il esquissait, notamment des exilés, des prisonniers, des colons originaires d'Ukraine ou de Russie occidentale, des officiers et des fonctionnaires locaux, des paysans et des marchands. Les œuvres qu'il réalisa à cette période comprennent également quelques dessins de maisons et de paysages. Il produisit ses ouvrages dans les monts Oural, à Irkoutsk, à Omsk, à Krasnoïarsk et dans des villages le long de la route. Les détails du voyage de Smirnov sont mal connus. Certains récits indiquent que c'est en tant que volontaire qu'il voyagea le long de la Grande route sibérienne pour se rendre sur le front de la guerre russo-japonaise. D'autres affirment qu'il était en exil, probablement envoyé en Sibérie suite à son refus d'être enrôlé dans l'armée. La Grande route sibérienne, représentée dans plusieurs dessins de Smirnov, constituait l'itinéraire qui reliait Moscou à la Chine, à travers la Sibérie. La collection de 99 œuvres picturales de Smirnov est conservée au Musée national de l'histoire et des traditions régionales de Novossibirsk. Le musée fit l'acquisition de cette collection auprès de l'artiste en 1950. Elle fut numérisée dans le cadre du projet « Rencontre des frontières » au début des années 2000. La collection est présentée, dans son intégralité, sur le site de la Bibliothèque numérique mondiale.

older | 1 | .... | 272 | 273 | (Page 274) | 275 | 276 | .... | 309 | newer