Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 285 | 286 | (Page 287) | 288 | 289 | .... | 309 | newer

    0 0

    Le Conseil général insurrectionnel, en costume officiel, dans la salle de ses délibérations
    À la fin du XIXe siècle, avant l'usage répandu de la photographie dans les journaux et les magazines, la presse française illustrait ses publications à l'aide de gravures. Cette technique, appelée gravure sur bois, consiste à tailler une image sur un morceau de bois, généralement du buis, puis à appliquer de l'encre sur le dessin en relief afin de graver l'image sur une surface. La gravure présentée ici fut initialement publiée le 19 mars 1881 dans le magazine parisien L'Illustration. La légende indique qu'elle montre le Conseil général insurrectionnel d'Andorre. Ce conseil fut créé lors de la révolution populaire de 1881, lorsque les Andorrans demandèrent aux autorités d'approuver l'établissement de casinos et d'autres activités récréatives dans la principauté. Ce mouvement révolutionnaire parvint à renverser le Consell General de les Valls (Conseil général, ou Parlement d'Andorre) et le remplaça par un Conseil révolutionnaire provisoire, chargé de défendre les intérêts des habitants d'Andorre. Sur la gravure, les membres du conseil portent le costume traditionnel, dont le tricorne et le manteau. Elle montre également l'intérieur de la Casa de la Vall (siège du Conseil général) à cette époque, avant que l'apparence du bâtiment fut modifiée par de nombreuses rénovations modernes. L'image fut réalisée par Louis Dunki (1856–1915), illustrateur suisse formé à l'École des beaux–arts de Genève, qui travailla pour différents magazines français, Édouard Castres et d'autres grands artistes.

    0 0

    Études géographiques sur la vallée d'Andorre
    Jean–François Bladé (1827–1900), folkloriste, historien et magistrat, fut un des grands historiens chercheurs français du XIXe siècle. Porté par sa volonté de comprendre la viguerie française (ancienne division administrative) en Andorre, il écrivit Études géographiques sur la vallée d'Andorre, recueil sur la géographie, l'ethnographie et l'histoire de la principauté. Contrairement à d'autres ouvrages déjà publiés sur ce sujet, Études géographiques sur la vallée d'Andorre inclut une recherche approfondie des sources historiques relatives à l'Andorre, reposant sur l'examen de plusieurs archives privées et institutionnelles tenues en Espagne, en France et en Andorre, dont « l'armoire aux six clés » (aujourd'hui dite « aux sept clés », fonds le plus ancien des Archives nationales d'Andorre). Bladé accompagne sa recherche documentaire d'une analyse de ses travaux détaillés sur le terrain. Il décrit notamment la géographie physique, les institutions, la climatologie, les mœurs et les coutumes, la langue et la littérature, ainsi que la culture andorranes. Une grande partie du livre est consacrée à l'étude des frontières de l'Andorre avec l'Espagne et la France. Le volume contient une carte, dessinée par l'auteur, dans laquelle il souligne combien il est important de conserver la toponymie originale catalane. La carte identifie également les divisions (administratives) paroissiales et de nombreux lieux d'intérêt.

    0 0

    Carte géographique des Vallées d'Andorre
    Le Consell General de les Valls (Conseil général des Vallées, assemblée élue d'Andorre) demanda à l'ingénieur géographique du roi de France de créer cette carte des Vallées d'Andorre, profitant de sa présence dans la région alors qu'il travaillait à la réalisation de la Carte générale de la France. Cette dernière fut un projet à l'époque coordonné par Jean–Dominique Cassini (1748–1845‏), issu d'une famille de cartographes. La carte présentée ici montre les frontières d'Andorre avec l'Espagne et les portes permettant de pénétrer dans la principauté. Elle indique les villages et leurs noms, les routes, les rivières et les cours d'eau. D'autres caractéristiques, identifiées par la légende dans l'angle inférieur droit, y figurent également, notamment les églises et les chapelles, les moulins à eau, les routes, les ponts de pierre et de bois, les étangs, une mine de fer et une forge, ainsi que les châteaux en ruine. Des arbres représentent les zones boisées et ‎des images illustrent le relief. L'échelle sur la carte est fournie en toises, unité de mesure égale à 1,95 mètre.

    0 0

    Reconnaissance du Consell de la Terra
    Dans ce document daté du 11 février 1419, l'évêque d'Urgell Francisco de Tovia, en réponse à une requête des notables des Vallées d'Andorre, approuve le Consell de la Terra (Conseil de la Terre) et autorise l'élection annuelle de représentants chargés des affaires des Vallées. Il répond également à une autre requête, décrétant qu'aucun citoyen d'Andorre déclaré innocent lors d'un procès ne doit payer les frais de notaire ou tout autre coût résultant des informations, des enquêtes ou des procédures en rapport avec son procès. Le document est écrit en catalan et en latin. En vertu du pariatge, ou traité de pariage de 1278, la principauté d'Andorre fut placée sous la cosuzeraineté de l'évêque espagnol d'Urgell et du comte français de Foix (dont les droits furent par la suite transférés à la Couronne de France, puis au gouvernement et enfin au président français).

    0 0

    Pillage de Canillo par les forces du gouvernement insurrectionnel, après la prise du village
    À la fin du XIXe siècle, avant l'usage répandu de la photographie dans les journaux et les magazines, la presse française illustrait ses publications à l'aide de gravures. Cette technique, appelée gravure sur bois, consiste à tailler une image sur un morceau de bois, généralement du buis, puis à appliquer de l'encre sur le dessin en relief afin de graver l'image sur une surface. La gravure présentée ici fut initialement publiée le 12 mars 1881 dans le magazine parisien L'Illustration. Selon la légende, elle montre le pillage du village de Canillo par les rebelles. Durant la crise du système économique traditionnel en Andorre, le Consell General de les Valls (Conseil général des Vallées), corps législatif, fut réticent à approuver l'ouverture de maisons de jeux dans la principauté. Un groupe d'insurgés armés parvint à renverser le Conseil général et le remplaça par un Conseil révolutionnaire provisoire. Un soulèvement révolutionnaire, qui dura de décembre 1880 à juin 1881, débuta à Andorre-la-Vieille et à Escaldes, puis se propagea rapidement au reste des paroisses andorranes. L'image fut réalisée par Louis Dunki (1856–1915), illustrateur suisse formé à l'École des beaux–arts de Genève, qui travailla pour différents magazines français, Édouard Castres et d'autres grands artistes.

    0 0

    George V, roi d'Angleterre et empereur des Indes, qui accéda au trône le 6 mai 1910
    Compte tenu du climat antigermanique qui prévalait en Grande-Bretagne pendant la Première Guerre mondiale, le 17 juin 1917, le roi George V (1865-1936) proclama que la famille royale britannique renoncerait aux titres et aux liens de parenté allemands, hérités du prince Albert. Dorénavant, les membres britanniques de la Maison de Saxe-Cobourg et Gotha appartiendraient à la Maison de Windsor. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Newton D. Baker, secrétaire à la Guerre des États-Unis
    Newton D. Baker (1871–1937) fut secrétaire à la Guerre au cours de la Première Guerre mondiale et président du Conseil de défense nationale établi le 29 août 1916. Outre Baker, ce Conseil était principalement composé des secrétaires de l'Agriculture, du Commerce, de l'Intérieur, du Travail et de la Marine. Son objectif visait la « coordination des industries et des ressources pour la sécurité et la prospérité du pays, [...] l'augmentation de la production nationale de biens et de matériels essentiels au soutien des armées et de la population pendant l'interruption du commerce international », et l'amélioration des infrastructures de transport à des fins militaires, industrielles et commerciales. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Robert Lansing, secrétaire d'État et membre de la délégation américaine à la conférence de paix
    Robert Lansing (1864–1928) occupa le poste de secrétaire d'État de 1915 à 1920. Il joua un rôle prépondérant comme négociateur américain lors de la conférence de paix de Paris en 1919. Il est connu pour avoir signé l'accord Lansing-Ishii le 2 novembre 1917, qui garantissait que les États-Unis et le Japon respecteraient la doctrine de porte ouverte en Chine et qui reconnaissait les intérêts particuliers du Japon en Chine. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Général John J. Pershing, commandant en chef de l'American Expeditionary Force
    Le général John J. Pershing (1860‒1948) fut nommé commandant de l'American Expeditionary Force le 7 mai 1917. Au moment de l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, l'armée régulière comptait tout au plus 130 000 hommes. C'est donc le général Pershing qui organisa et entraîna l'A.E.F., partant presque de zéro, pour constituer une armée d'environ deux millions d'hommes. Sa contribution au cours des six derniers mois de guerre fut déterminante. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Woodrow Wilson, 28e président des États-Unis
    Lorsque Woodrow Wilson (1856–1924) brigua un second mandat pour la présidence des États-Unis, son slogan électoral fut « Nous ne sommes pas en guerre, grâce à moi ». Il fut réélu le 7 novembre 1916 et tenta de maintenir la neutralité des États-Unis. Cependant, le 2 avril 1917, il demanda au Congrès de déclarer la guerre à l'Allemagne. La décision de Wilson fut motivée en partie par le fait que les Allemands attaquaient constamment la marine marchande américaine et qu'ils essayaient de convaincre le Mexique d'attaquer les États-Unis. Les États-Unis entrèrent dans la Première Guerre mondiale le 6 avril 1917. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    La guerre des nations. Portfolio de rotogravures à l'eau-forte
    Guerre des nations est une compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe, ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Arthur James Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères au sein du gouvernement de Lloyd George
    Arthur James Balfour (1848‒1930), intellectuel, homme d'État et homme politique, remplit les fonctions de Premier ministre du Royaume-Uni de juillet 1902 à décembre 1905. En tant que ministre des Affaires étrangères (1916–1919), il fut un personnage clé au moment du changement de statut de la Grande‑Bretagne au Moyen‑Orient lors de la désagrégation de l'Empire ottoman. Le 2 novembre 1917, Balfour envoya une lettre à lord Rothschild, lettre qui entra dans l'histoire sous le nom de déclaration Balfour, dans laquelle il stipulait que le gouvernement britannique favoriserait « la création d'un foyer national pour le peuple juif en Palestine ». Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Archiduc François-Ferdinand d'Autriche, dont l'assassinat à Sarajevo (Bosnie), le 28 juin 1914, déclencha l'intervention des forces qui entraîna la déclaration de guerre de l'Autriche à la Serbie
    L'archiduc François-Ferdinand (1863‒1914), héritier présomptif de François-Joseph Ier, empereur d'Autriche-Hongrie, se rendit à Sarajevo, dans la province de Bosnie-Herzégovine, en qualité d'inspecteur général de l'armée. L'Autriche-Hongrie administrait la Bosnie-Herzégovine depuis 1878. Cependant, les nationalistes serbes se révoltèrent suite à l'annexion officielle de la province à l'Autriche en 1908. Le groupe terroriste serbe connu sous le nom de la Main noire était déterminé à assassiner François-Ferdinand, ce qu'il accomplit à la deuxième tentative le 28 juin 1914. Cet assassinat donna à l'Autriche-Hongrie une raison d'intervenir contre à la Serbie, ce qu'elle fit en lui adressant un ultimatum hostile. Dans cette escalade de la confrontation, la Russie soutint la Serbie tandis que l'Allemagne appuya l'Autriche, déclenchant une réaction en chaîne qui entraîna quelques mois plus tard toutes les grandes puissances d'Europe dans ce qui allait devenir la Première Guerre mondiale. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    David Lloyd George, Premier ministre de Grande-Bretagne, reconduit dans ses fonctions en décembre 1918 par une écrasante majorité pour sa conduite remarquable de la guerre
    David Lloyd George (1863–1945) fut le chef d'un gouvernement de coalition durant la guerre, seul et unique Premier ministre galloisant, premier à avoir accédé à une telle fonction sans relations ni fortune. Réformateur social radical, il fut l'un des principaux instigateurs d'une stratégie visant à pousser Herbert Asquith à la démission de son poste de Premier ministre le 5 décembre 1916, avant de lui succéder le 7 décembre. Il occupa le poste jusqu'au 19 octobre 1922. Homme d'État de premier plan à la conférence de paix de Paris, David Lloyd George joua un rôle déterminant dans l'élaboration du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la Première Guerre mondiale. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Maréchal Henri Pétain, un des plus grands dirigeants militaires pendant la guerre
    Philippe Pétain (1856–1951) fut commandant en chef de l'armée française, nommé pour diriger la défense de Verdun en février 1917. Quand on lui donna l'ordre de tenir son secteur coûte que coûte, il aurait répondu : « Ils ne passeront pas ! », bien que certaines sources attribuent ces paroles au général Robert Nivelle. Épuisées et démoralisées par le massacre inutile et l'échec de la seconde bataille de l'Aisne en avril 1917, les troupes françaises entamèrent une mutinerie le 3 mai de la même année. Le général Pétain apaisa les insurgés en instaurant des permissions plus longues, des rotations plus fréquentes des effectifs dans les tranchées , et l'amélioration des conditions de vie sur le front. Entre 1940 et 1944, il fut à la tête du régime de Vichy. Il fut ensuite emprisonné pour avoir collaboré avec le Troisième Reich. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Georges Clemenceau, Premier ministre français, homme d'État visionnaire, dirigeant indomptable, orateur éloquent, qui ne perdit jamais l'espoir à l'égard de la victoire finale
    Georges Clemenceau (1841‒1929) fut Premier ministre de la France à plusieurs reprises, notamment au cours de la Première Guerre mondiale, lorsqu'il occupa le poste le 15 novembre 1917. Son ressentiment à l'encontre des Allemands avant la guerre et sa forte détermination à vaincre l'Allemagne l'amenèrent à revendiquer, dans le cadre du traité de Versailles, le désarmement de l'Allemagne et de lourdes réparations en faveur de la France. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Raymond Poincaré, président de la République française, qui fut un véritable pilier pour la cause alliée durant la guerre
    Raymond Poincaré (1860‒1934) fut Premier ministre de la République française pendant un an, puis devint président en janvier 1913 avant de reprendre le poste de Premier ministre en 1922. Il avait insisté sur le fait que le traité de Versailles devait faire payer à l'Allemagne de lourdes réparations et que cette dernière devait assumer la responsabilité du déclenchement de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne ayant refusé de payer en janvier 1923, le 11 janvier de la même année, Poincaré ordonna aux troupes françaises d'occuper la vallée de la Ruhr, cœur de l'industrie allemande. Les ouvriers allemands résistèrent à l'occupation française, engendrant des conséquences désastreuses sur l'économie et la monnaie allemandes. Le coût de l'occupation pesa lourdement sur l'économie française. En 1924, le parti de Poincaré fut battu aux législatives, entraînant sa démission du poste de Premier ministre. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Maréchal Horatio Herbert Kitchener, ministre britannique de la Guerre, périt noyé lors du naufrage du Hampshire, coulé par une mine le 5 juin 1916
    Avant la Première Guerre mondiale, Horatio Herbert Kitchener (1850–1916) avait connu une brillante carrière, bien que controversée, en tant que chef militaire et homme politique au sein de l'Empire britannique. Au poste de ministre de la Guerre entre 1914 et 1916, il incarnait une personnalité dominatrice, bien que ses positions aient pu paraître inconstantes. Le 5 juin 1916, alors qu'il se rendait en Russie pour superviser la coordination russe des fronts de l'Est et de l'Ouest, son navire, le HMS Hampshire fit naufrage après avoir heurté une mine allemande, entraînant la mort de la quasi-totalité de l'équipage, dont Kitchener. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Herbert Henry Asquith, Premier ministre du Royaume-Uni lorsque la guerre fut déclarée et jusqu'en décembre 1916
    Herbert Henry Asquith (1852–1928) occupa le poste de Premier ministre britannique d'avril 1908 à décembre 1916. La Grande-Bretagne entra en guerre le 4 août 1914, et selon l'Oxford Dictionary of National Biography, « la décision d'Asquith d'entrer en guerre avec l'Allemagne fut l'initiative la plus importante prise par un Premier ministre britannique au cours du XXe siècle, plus importante encore que toutes les décisions prises par les Premiers ministres du XIXe siècle ». Tous les participants de la guerre pâtirent, dans une certaine mesure, du manque d'obus d'artillerie lourde. Le 20 avril 1915, Asquith prononça un discours à Newcastle, dans lequel il déclara que l'armée avait suffisamment de munitions. Le mois qui suivit, le journal The Times dénonça l'approvisionnement insuffisant en obus explosifs, et ce scandale amena Asquith à former un nouveau cabinet de coalition. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

    0 0

    Amiral sir David Beatty, vainqueur de la bataille du Jutland et désigné pour recevoir la reddition de la flotte allemande, le 21 novembre 1918
    David Beatty (1871‒1936) succéda à John Jellicoe au commandement de la Grand Fleet britannique en novembre 1916. La plus grande contribution de Beatty à l'effort de guerre britannique fut sans doute sa gestion de la participation de la Royal Navy lors de l'armistice, le 11 novembre 1918. Les Alliés demandèrent que la flotte allemande soit transmise aux Britanniques à l'estuaire de Firth of Forth, et que la totalité des forces sous-marines allemandes soit également remise aux Alliés. Le 21 novembre 1918, Beatty reçut la reddition de toute la Hochseeflotte. Cette opération est considérée comme la plus grande rencontre de navires de guerre de l'histoire. Cette photographie est extraite de Guerre des nations, compilation de 1 398 images réalisées par héliogravure accompagnées de courtes légendes descriptives portant sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences immédiates. Cet ouvrage, publié par la New York Times Company, regroupe des illustrations parues dans le Mid-Week Pictorial, hebdomadaire de photographies d'actualité que ce groupe de presse a diffusé entre 1914 et 1937. Elles montrent les grands dirigeants militaires et civils des pays impliqués dans la guerre, des scènes de bataille, des systèmes d'armement importants, les ruines et la destruction engendrées par les combats, le retour des soldats après la guerre, la célébration de la victoire dans divers pays, et des scènes de la conférence de paix de Paris. Outre le front de l'Ouest en France et en Belgique, ces photographies représentent les autres théâtres de guerre, notamment le front de l'Est, le front italien et celui des Balkans, la bataille des Dardanelles ou la campagne de Gallipoli, avec celles de Mésopotamie et de Palestine. Les événements de l'après-guerre inclus dans le livre comprennent les révolutions allemande et russe ainsi que l'intervention des forces alliées et américaines en Sibérie. L'ouvrage est assorti d'une table des matières et de 32 plans, notamment des cartes picturales représentant les différents fronts et campagnes. Il propose aussi une annexe de trois pages exposant une chronologie de 1914 à 1919, des statistiques (indiquant les forces mobilisées, le bilan des morts, des blessés et des portés disparus pour l'ensemble des belligérants), ainsi que les événements clés de la guerre et les dispositions principales du traité de Versailles, qui mit officiellement fin à la guerre.

older | 1 | .... | 285 | 286 | (Page 287) | 288 | 289 | .... | 309 | newer