Quantcast
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog



Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 37 | 38 | (Page 39) | 40 | 41 | .... | 309 | newer

    0 0

    Écrits de Lope de Vega : Codex Daza
    Félix Arturo Lope de Vega (1562–1635) fut un dramaturge et poète du Siècle d'or espagnol, connu pour sa production prodigieuse. Il écrivit quelques 3 000 sonnets, trois romans, quatre nouvelles, neuf poèmes épiques et environ 1 800 pièces. Ce manuscrit, connu sous le titre de Codex Daza, est une version préliminaire signée, écrit par Lope entre 1631 et 1634, vers la fin de sa vie. Il ne s'agit pas véritablement d'un livre mais d'un cartapacio misceláneo (carnet de notes varié) qui appartint au duc de Sessa, mécène et premier collectionneur de Lope. Les dernières 96 pages sont reliées avec le haut de la page en bas. La reliure contemporaine en parchemin présente sur la couverture la note à l'encre suivante comme titre : « Voici les églogues », indiquant ainsi le contenu, pour la plupart des poèmes sur des thèmes pastoraux, et un peu de prose. Le carnet de notes inclut des œuvres non publiées et des fragments de plusieurs œuvres connues. Ces dernières incluent La Dorotea (la plus grande œuvre en prose de Lope, long dialogue qu'il préférait appeler « action en prose », publié en 1632) et « Amarilis, huerto desecho » (Amarilis, verger abandonné). Les œuvres sont réparties dans le manuscrit, indiquant que Lope écrivait plusieurs pièces en même temps.

    0 0

    Carte de la Virginie, du Maryland et du Delaware
    Géomètre et cartographe, David H. Burr (1803-1875) fut topographe au Département des Postes des États-Unis entre 1832 et 1838, puis géographe à la Chambre des représentants entre 1838 et 1847. Sous la direction du Maître des postes général, Burr compila les informations fournies par les maîtres des postes à travers le pays concernant les routes (routes postières, chemins de fer et cours d'eau) et l'emplacement des bureaux de poste afin de réaliser une importante série de cartes des États et des régions. Publié en 1839 par l'éminente société cartographique de John Arrowsmith,L'atlas américain de Burr représente de façon détaillée la répartition du peuplement et du transport aux États-Unis quelques dizaines d'années avant la guerre de Sécession. La carte de Burr exposée ici représentant la Virginie, le Maryland et le Delaware fait partie des 13 cartes de l'atlas. La Virginie comprend les 41 comtés de la partie nord-ouest de l'État qui décidèrent par la suite de ne pas faire sécession avec l'Union et devinrent en 1863 un État distinct appelé Virginie-Occidentale. La carte montre les premières étapes du développement de la ville portuaire de Baltimore en tant que nœud et terminus ferroviaire.

    0 0

    Carte de la bataille de Bull Run près de Manassas
    Cette carte imprimée par le Bureau de l'ingénieur en chef du Département de la Guerre détaille les combats de la bataille de Bull Run le 21 juillet 1861. Nommée d'après le ruisseau ou "run" le long duquel les combats eurent lieu dans le nord de la Virginie, Bull Run fut la première grande bataille de la guerre civile américaine. Après avoir résisté à plusieurs attaques sous les ordres du Commandant général de l'Union Irvin McDowell, les Confédérés du général Pierre Beauregard lancèrent avec succès une contre-offensive qui repoussa les forces fatiguées et inexpérimentées de l'Union vers Washington. L'échec de l'armée de l'Union à remporter la victoire à Bull Run marqua le début d'une guerre longue et coûteuse. Dans un conflit qui dura un peu plus de quatre ans, environ 620 000 soldats américains moururent, près de 360 000 du côté de l'Union, et environ 260 000 du côté des confédérés. Les principaux résultats de la guerre furent l'abolition de l'esclavage et la préservation des États-Unis en tant qu'union.

    0 0

    Un aperçu sommaire des droits de l'Amérique britannique énoncés dans certaines résolutions soumises à l'examen des délégués actuels du peuple de Virginie siégeant en convention / par un natif et membre de la Chambre des Bourgeois
    Ce pamphlet est la copie personnelle de Thomas Jefferson de l'ouvrage Aperçu sommaire des droits de l'Amérique britannique qu’il a rédigé en juillet 1774 pour servir d'instructions aux délégués de Virginie participant au premier Congrès continental. Jefferson affirmait que le parlement britannique n'avait pas le droit de gouverner les colonies car, selon lui, elles étaient indépendantes depuis leur création. Il décrivait également les usurpations de pouvoir et les écarts par rapport au droit commis par le roi George III et le Parlement. Jefferson n'était pas à la Chambre des Bourgeois lors du débat sur le texte de ses instructions, ni lorsque la Chambre adopta une position plus modérée que la sienne, mais ses amis firent publier ses instructions sous la forme d’un pamphlet. Distribué à Londres, ainsi qu'à Philadelphie et à New York, ce pamphlet contribua à établir la réputation d’écrivain politique habile, quoique radical, de Jefferson.

    0 0

    Théâtre historique en l'an 400 après J.-C., lorsque les Romains et les Barbares cohabitaient dans la région est de l'Empire romain.
    Cette carte en latin, réalisée par le grand cartographe français Guillaume De L'Isle (1675–1726), montre les régions orientales de l'Empire romain en l'an 400 après J.-C. environ ainsi que les territoires des tribus voisines et les royaumes qui n'étaient pas sous le contrôle de Rome. Ces derniers incluaient les Sarmates et les Scythes, peuples considérés comme barbares par les Romains. L'Arabie est divisée en trois régions traditionnelles, l'Arabie pétrée, l'Arabie heureuse et l'Arabie déserte. Le Qatar est appelé « Catarei ». La partie est de la carte montre l'empire d'Alexandre le Grand, notamment la Perse (aujourd'hui l'Iran) et l'Afghanistan, qui s'étendait jusqu'à la frontière avec l'Inde. Un encadré contient une carte sous la forme d'un globe représentant l'Afrique, l'Europe, l'Asie et une partie de l'Australie, où chaque continent est doté d'une couleur différente. Une note indique que cette carte fut vendue par John Senex dans son établissement de Fleet Street, à Londres. Senex (1678–1740 env.), cartographe, graveur, libraire et éditeur de cartes et d'atlas anglais, servit comme géographe auprès de la reine Anne de Grande-Bretagne (1665–1714) et fut élu à la Royal Society en 1728. Au cours de sa carrière, il s'inspira largement des ouvrages de De L'Isle.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : I
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Asie centrale : l'Afghanistan et ses relations avec les territoires britanniques et russes
    Cette carte de 1885 montre les territoires de l'Asie s'étendant du littoral est de la Méditerranée à l'ouest de la Chine et au sous-continent indien. Un cartouche situé dans la partie supérieure droite représente la région dans un contexte plus large comprenant l'Asie, l'Europe et l'Afrique. L'un des points centraux de la carte est l'Afghanistan, où se déroula le « grand jeu », nom désignant la lutte d'influence entre l'Empire russe et l'Empire britannique pendant la majeure partie du XIXe siècle. Les Britanniques craignaient que les Russes, qui avaient annexé de grandes parties de l'Asie centrale dans les années 1860 et 1870, utilisent l'Afghanistan comme base d'où ils pourraient menacer l'Inde britannique. La région centrale de l'Arabie est décrite comme un « désert ininterrompu de La Mecque jusqu'au Sultanat d'Oman ». La carte possède deux échelles de distance, l'une en milles terrestres anglais et l'autre en verstes russes. Visant un public américain, elle montre également en bas au centre les États de l'Indiana et de l'Ohio, représentés à l'échelle pour comparer les distances de la région avec celles des États-Unis. Cette carte fut émise par la G.W. & C.B. Colton Company qui appartenait à George Woolworth Colton (1827–1901) et Charles B. Colton (1832–1916), fils de Joseph Hutchins Colton (1800–1893), fondateur de la société pionnière d'édition de cartes J.H. Colton & Company.

    0 0

    La Perse, l'Arabie, etc. de Colton
    Cette carte de la Perse (l'Iran actuel), de la péninsule arabique et des pays voisins parut à l'origine dans l'édition de 1865 de l'Atlas général de Colton. Elle s'étend à l'ouest d'une partie de l'Égypte (le delta du Nil) et à l'est jusqu'à l'Afghanistan, et reflète le niveau général des connaissances géographiques sur le Moyen-Orient au milieu du XIXe siècle en Amérique. Des couleurs sont utilisées pour indiquer les frontières ainsi que certaines provinces ou régions peuplées. La carte montre les villes, les montagnes et les routes, et comprend des notes sur les caractéristiques topographiques. L'entreprise J.H. Colton & Company fut fondée à New York très probablement en 1831 par Joseph Hutchins Colton (1800–1893), un Américain originaire du Massachusetts. Colton n'avait reçu qu'une éducation sommaire et ne disposait de pratiquement aucune formation officielle en géographie ou cartographie. Toutefois, avant de créer ses propres travaux cartographiques, Colton avait réussi à imposer sa société en tant que maison d'édition incontournable pour les cartes et les atlas en acquérant les droits d'auteur et en publiant d'autres cartes précédemment publiées. Dans les années 1850, la société devint G.W. & Sons; C.B. Colton Company, lorsque Colton s'associa avec ses fils, George Woolworth Colton (1827–1901) et Charles B. Colton (1832–1916). La quasi-totalité des cartes de Colton étaient encadrées de bordures décoratives de vignes, de fleurs ou de formes géométriques entrelacées, à l'instar de celle présentée ici.

    0 0

    Carte de la Turquie d'Asie, de la Perse, de l'Afghanistan, du Beloutchistan et du khanat de Boukhara ; avec une partie des États voisins
    Cette carte de 1848, montrant le Moyen-Orient et certaines parties de l'Asie centrale et du Sud, fut réalisée par le cartographe et graveur français Pierre M. Lapie (1779-1850), colonel de l'armée française et chef du département topographique du ministère de la Guerre. Précise et soigneusement détaillée, cette carte témoigne de la haute qualité de la cartographie française, notamment dans le domaine militaire. Les territoires représentés incluent la vallée et le delta du Nil, Chypre, la Turquie actuelle, les pays de la Méditerranée orientale, la Perse, l'Afghanistan ainsi que la Boukharie et d'autres khanats d'Asie centrale qui tombèrent sous la domination russe quelques décennies plus tard. La carte fournit des échelles comportant pas moins de neuf unités de distance différentes : les myriamètres (10 000 mètres), les lieues, les miles anglais, les miles allemands, les milles nautiques, les agachs turcs, les fersangs perses, les heures de marche nécessaires pour parcourir une distance donnée et les verstes russes. Le premier méridien se situe au niveau de Paris. La carte appartenait autrefois au service géographique du Département d'État des États-Unis, mais elle fut ensuite transférée à la Bibliothèque du Congrès.

    0 0
  • 07/16/13--08:27: Perse, Arabie, etc.
  • Perse, Arabie, etc.
    Cette carte de 1852, parue dans Nouvel atlas universel de la maison d'édition de Philadelphie Thomas, Cowperthwait & Co., montre la péninsule arabique, le royaume de Perse, l'Afghanistan et le Beloutchistan. Des couleurs différentes permettent de distinguer les provinces perses, notamment l'Irak-Adjemi, le Fars, le Khorassan et le Kerman. La péninsule arabique est composée des trois divisions traditionnelles utilisées par les géographes européens, à savoir l'Arabie pétrée, l'Arabie heureuse et l'Arabie déserte. Le Yémen et le Sultanat d'Oman sont indiqués, ainsi que les emplacements des villes majeures, des montagnes, des ruines, des puits et des autres sources d'eau douce du désert d'Arabie. L'Afghanistan inclut la province septentrionale de Balkh, qui fut conquise en 1850 par Dōst Moḥammad Khān, émir d'Afghanistan. Le Nouvel atlas universelétait basé sur un atlas du même titre publié en 1846 par Mitchell & Sons, société fondée par l'Américain S. Augustus Mitchell (1792–1868), géographe et éditeur de cartes novateur. En dépit de l'appellation « universel », cet atlas comportait majoritairement des cartes des États-Unis.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : III
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : II
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte des pays entre Constantinople et Calcutta : notamment la Turquie en Asie, la Perse, l'Afghanistan et le Turkestan
    Cette carte de 1885 montre les territoires s'étendant de Constantinople, capitale de l'Empire ottoman, à l'Inde britannique, région qui fut le théâtre d'une intense rivalité impériale entre l'Empire britannique et l'Empire russe à la fin du XIXe siècle. Les possessions britanniques apparaissent en rouge et comprennent l'Inde britannique, Chypre, le protectorat d'Aden (Yémen actuel), l'île de Socotra (Yémen) ainsi que le littoral nord de la corne de l'Afrique qui devint le protectorat de la Somalie britannique (Somalie actuelle) en 1888. La carte indique également les lignes de chemin de fer et les lignes télégraphiques sous-marines. À cette époque, le réseau ferroviaire était plus développé en Inde et dans la région du Caucase de l'Empire russe que dans les autres régions représentées sur la carte. Les distances entre les villes portuaires majeures sont indiquées en miles (un mile = 1,61 kilomètre) sur les lignes télégraphiques et dans le tableau répertoriant les distances entre les ports égyptiens d'Alexandrie et de Suez, et les ports européens de Londres, de Marseille et de Brindisi, en Italie. Cette carte fut produite par Edward Stanford Ltd., maison d'édition de Londres vendant également des cartes, établie en 1853 par Edward Stanford (1827-1904) et célèbre pour sa boutique londonienne fréquentée par des explorateurs et des hommes politiques célèbres.

    0 0

    Carte de l'Asie occidentale de Stanford
    Cette carte de 1885 de l'Asie occidentale montre les territoires compris entre la mer Méditerranée et l'Inde britannique, notamment la région septentrionale de la péninsule arabique. À l'époque, cette région était sous le contrôle de l'Empire ottoman à l'ouest, de la Perse indépendante (l'Iran actuel) au centre, de l'Afghanistan indépendant à l'est et de l'Empire russe au nord. Le relief est représenté par des hachures, et l'altitude des lacs et des mers intérieures est indiquée en pieds (un pied = 30,48 centimètres) par rapport au niveau de la mer. La carte inclut les routes de pèlerinage de Bagdad, Damas et d'autres villes vers La Mecque. Elle signale également les ruines d'anciennes cités, telles que Babylone et Pétra, ainsi que certaines villes et d'autres sites mentionnés dans la Bible. La ligne télégraphique sous-marine reliant Kurrachee (aujourd'hui Karachi, au Pakistan) et les terminaux situés en Iran et en Irak est visible dans la partie inférieure de la carte. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, les autorités britanniques de Londres s'appuyaient sur un réseau mondial de lignes télégraphiques de ce type, construit et administré par le gouvernement britannique et certains intérêts privés afin d'unifier le vaste empire. Cette carte fut produite par Edward Stanford Ltd., maison d'édition de Londres vendant également des cartes, établie en 1853 par Edward Stanford (1827-1904) et célèbre pour sa boutique londonienne fréquentée par des explorateurs et des hommes politiques célèbres.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : VII
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : VI
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : V
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : IV
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : XI
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    0 0

    Carte générale de l'Asie centrale : X
    La General-Karte von Central-Asien (Carte générale de l'Asie centrale) est une grande carte détaillée réalisée en 1874 par l'Institut géographique militaire de Vienne. Elle est composée de 12 planches distinctes, numérotées de I à XII, et d'une treizième planche contenant une vue générale et un guide numéroté permettant d'assembler la carte. La carte couvre une vaste étendue, délimitée au nord-ouest par la région de la Russie au nord de la mer Caspienne, au sud-ouest par les actuels Arabie saoudite et Sultanat d'Oman, au nord-est par la Mongolie occidentale et au sud-est par le Gujarat, en Inde. La plaque X, située dans l'angle inférieur gauche (sud-ouest), contient le titre, la légende des symboles et l'explication des abréviations. Au bas de la plaque XII, sept échelles sont fournies avec différentes unités de distance (anglaise, italienne, russe, turque, perse, chinoise et métrique). La carte indique les villes et les villages, les frontières nationales et provinciales, les tours, les forteresses et les vestiges, les chemins de fer existants et en projet, les lignes télégraphiques et les routes. Selon le titre, elle fut « révisée avec les meilleures et les plus récentes sources russes et anglaises ». La Russie et l'Empire britannique se disputèrent le contrôle de l'Asie centrale dans une lutte d'influence appelée par la suite « le grand jeu ». Ces deux puissances possédaient une expertise particulière de la région qu'elles devaient à leurs expéditions scientifiques et militaires ainsi qu'à leurs relations commerciales.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!

older | 1 | .... | 37 | 38 | (Page 39) | 40 | 41 | .... | 309 | newer