Quantcast
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog



Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale

older | 1 | .... | 92 | 93 | (Page 94) | 95 | 96 | .... | 309 | newer

    0 0

    Philadelphia & New York Pekin Tea Company, angle nord-ouest de Callowhill Street et de Sixth Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le magasin de Philadelphie de la Pekin Tea Company, aux façades abondamment décorées de lettrage, situé sur le bloc 600 de Callowhill Street. Des vendeurs se tenant aux comptoirs, devant des rayonnages de boîtes de thé, sont visibles à travers les entrées ouvertes. Dans les grandes vitrines, des figurines chinoises d'hommes et de femmes encadrent d'autres marchandises exposées. Deux clients passent devant des boîtes de thé empilées près des entrées, alors qu'ils pénètrent dans le magasin. Des piétons, notamment un couple se promenant, un homme et une femme, regardent les figurines dans chacune des vitrines. Une statuette, représentant un Chinois debout sur une boîte de thé et en tenant une autre, décore l'angle du bâtiment au premier étage. Cette figurine est flanquée des plaques de rues, qui sont fixées au cadre de deux des fenêtres du magasin. L'image inclut également des vues partielles des bâtiments adjacents, dont un fragment de l'écriteau « [T]aylor's Room ». La Pekin Tea Company, fondée à New York en 1845, exploita ce magasin de Philadelphie de 1847 à 1851 environ. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Warnick & Leibrandt, fonderie, chaudronnerie et usine de poêles, quai numéro 1, au nord de Noble Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité est constituée de deux vues de l'usine de poêles et des fonderies-chaudronneries, exploitées par leurs propriétaires Charles W. Warnick et Frederick Leibrandt. L'image du haut montre l'usine de poêles sur Gunners Run (ultérieurement le canal Aramingo) et Franklin Avenue (plus tard Girard Avenue). Vue depuis la rive opposée de Gunners Run, la scène représente des travailleurs avec des charrettes et des haquets tirés par des chevaux sur le bord du canal, devant un complexe de bâtiments industriels. Au premier plan, des employés soulèvent une longue planche de bois, et des hommes en groupes de trois transportent des matériaux de l'autre côté du canal dans des barques. Un bateau à voiles, amarré à gauche, et des navires plus petits sont visibles sur le canal. La seconde image est une vue hivernale orientée nord-est de l'usine de poêles, située sur le quai de Noble Street (à l'angle nord-est de Beach Street et de Noble Street). Elle montre des véhicules hippomobiles circulant dans la rue enneigée, devant le grand bâtiment en briques de la société. La scène inclut également des traîneaux tirés par des chevaux, dont un qui va à toute allure avec à son bord une famille de quatre, des chariots couverts marqués « Warnick & Leibrandt » (au centre), ainsi que des enfants jouant avec un chien et des luges dans North Beach Street, au premier plan. Des mâts nus se dressent derrière l'usine, sur le fleuve Delaware. Ce site sur le quai de Noble Street abrita par la suite la sucrerie de Philadelphie. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Bennett & Company, bazar de vêtements du Tower Hall, 182 Market Street, entre Fifth Street et Sixth Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le magasin de vêtements, en forme de tour, situé au 182 (ultérieurement le numéro 518) Market Street. Le bâtiment, décoré de statues et d'un drapeau sur lequel on peut lire « Tower Hall », comporte des écriteaux annonçant des « ventes rapides » et de « petits profits ». Un employé s'entretient avec un client devant le magasin, et d'autres clients se trouvent à l'intérieur. Des piles ou des présentoirs de vêtements, ainsi que des manteaux, garnissent le magasin. Des caisses sont alignées sur le trottoir ; certaines sont marquées d'étiquettes indiquant leur destination, dont Independence, dans le Montana, Nashville, au Tennessee, et Augusta, en Géorgie. Un magasin de vêtements, plus petit, est adjacent au Tower Hall. Ses enseignes font la publicité de chemises, de cols, de corsages, de foulards cravates, de rubans, d'articles de bonneterie et de pochettes. Les écriteaux « Chapellerie Allman » et « Épicerie Winchester » sont également visibles sur la devanture. Un travailleur charge un chariot marqué « Bennett & Company, bazar de vêtements du Tower Hall ». L'image est bordée d'un cadre en bois en trompe-l'œil. Le colonel Joseph M. Bennett (1816−1898) établit sa société à cette adresse en 1849, puis il la renomma Tower Hall en 1853. Homme d'affaires accompli, Bennett utilisa sa fortune à des fins philanthropiques. Il fonda notamment un orphelinat méthodiste et légua des propriétés à l'ouest de Philadelphie au bénéfice de l'université de Pennsylvanie pour soutenir l'éducation des femmes. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    W.P. Hacker, importateur et distributeur en gros de porcelaine, de verrerie, de faïence fine et d'articles de fantaisie, 60 North Second Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le bâtiment abritant le magasin de porcelaine, de verrerie et de faïence fine anglaise (ou « Queen's ware ») de William P. Hacker, située au 60 (ultérieurement le 108) North Second Street. Des brocs, des vases et des bols de formes et de tailles variées sont empilés sur les étagères et exposés dans la vitrine, qui est flanquée de deux grandes portes. Dans l'entrée de gauche, un homme hisse un tonneau à l'aide d'un système de poulie, dont le cordage remonte jusqu'au dernier étage du bâtiment. Un autre travailleur charge des paniers sur un chariot tiré par un cheval. Des tonneaux et des paniers sont visibles sur le trottoir et dans la rue pavée devant le magasin. L'image inclut également des vues partielles des propriétés adjacentes, notamment l'escalier au numéro 58 et des fûts (vraisemblablement de vin) au numéro 62. William P. Hacker déménagea son magasin dans plusieurs bâtiments voisins sur North Second Street, l'installant d'abord au 64, puis au 62 et pour finir au 60 en 1851. Hacker fut président du conseil communal de Philadelphie de 1855 à 1856. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Enchères de chevaux et de calèches de Philadelphie, angle sud-est de Ninth Street et de George Street, entre Walnut Street et Chestnut Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le bâtiment circulaire de la maison de vente aux enchères d'Alfred M. Herkness, située sur le bloc 800 de George Street (ultérieurement Sansom Street). Un homme, probablement Herkness, se tient à l'entrée. Des écriteaux annoncent la vente de chevaux, de calèches et de harnais « deux fois par semaine ». Des harnais sont accrochés de part et d'autre de l'entrée. Des calèches, certaines attelées à des chevaux, sont alignées dans les rues, tandis que des hommes attendent à côté du bâtiment. L'image inclut également la Fifth Baptist Church, église voisine, un homme qui attend à cheval et un passant bien habillé à l'angle opposé de la rue. Les locaux pouvaient accueillir 300 calèches et 150 chevaux. Construit à l'origine pour l'exposition d'un cyclorama de Jérusalem, l'édifice fut acquis par Herkness en 1847−1848. Son commerce demeura sur ce site jusqu'en 1913. Le bâtiment fut démoli en 1915. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    P. R. Schuyler, pompes funèbres et vente d'articles funéraires, angle nord-est de Beaver Street et de Fourth Street, Philadelphie. Concessions à vendre au cimetière Monument Cemetery à des conditions raisonnables. Inhumations simples possibles
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre un cortège funéraire mené par un corbillard vide, passant devant l'établissement résidentiel de l'entrepreneur de pompes funèbres P.R. Schuyler, à l'angle nord-est de Beaver Street et de Fourth Street. Sur la tonnelle adjacente au bâtiment, un écriteau illustré d'un cercueil indique le nom du propriétaire. Une dame tenant une ombrelle se promène sur le trottoir, où se dresse une rangée d'arbres. Elle précède la première calèche (complètement visible) tirée par des chevaux du cortège dans la rue pavée. Le conducteur du corbillard, en tenue de deuil, porte un haut-de-forme enrubanné. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Neall & Matthews, fondeurs en fer et machinistes, forge et fonderie de Bush Hill
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre l'aciérie de Bush Hill, à l'origine établie par Oliver Evans en 1809, et exploitée par Neall, Matthews et Moore de 1846 à 1854, sur la parcelle qui est aujourd'hui située entre Buttonwood Street et Spring Garden Street, en face de Sixteenth Street. Le sol du complexe très actif est jonché de cylindres, de tubes, de pièces moulées et d'un tas de charbon autour duquel des travailleurs s'affairent. Les employés transportent des équipements de machinerie sur des chariots tirés par des chevaux, soulèvent des cylindres pour les charger sur des haquets, martèlent des moulures, poussent des brouettes, alimentent le fourneau et travaillent dans les ateliers. Sous l'image, le texte en espagnol, en anglais et en français promeut les produits de l'usine, notamment des cylindres, des machines à vapeur, des bouilloires, des moulins, des casseroles, des marteaux, des enclumes et des pièces moulées. Le texte indique également que l'usine possède deux fourneaux à air, permettant de répondre aux demandes « sans délai », et que « toutes les commandes de machines ou de moulages seront reçues avec gratitude et exécutées promptement ». Après que James Neal prit sa retraite en 1854, Matthew et Moore dirigèrent la société jusqu'en 1870, date à laquelle James Moore en assuma la direction exclusive. La forge produisit des machines pour certains des plus grands laminoirs des États-Unis au XIXe siècle et, comme le texte le souligne, elle exportait également des marchandises. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Rowley, Ashburner & Company, fabrique d'huile, d'alcool, d'huile de pin et de différents fluides. Cale de radoub de Kensington, Penn Street, au nord de Maiden Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre la cale de radoub de Kensington, sur North Penn Street, au nord de Maiden Street (ultérieurement Laurel Street) depuis le fleuve Delaware. Des constructeurs de navires travaillent sur la coque d'un navire gréé en carré, en cale sèche, devant le bâtiment de la société. Sur le quai, des chariots tirés par des chevaux circulent au-delà de l'usine-distillerie d'huile voisine, et un capitaine, avec un chien, s'appuie sur un poteau d'attache auquel un remorqueur est amarré. Dans les eaux agitées du fleuve, des yoles, des voiliers et un bateau à rames luttent contre les vagues tumultueuses. L'image inclut également l'usine-distillerie d'huile adjacente, les hangars à bateaux voisins, des quais et des bâtiments longeant la rive. Edward Rowley, Algernon Ashburner et George B. Keen achetèrent la cale de radoub de Kensington en 1850. Ils l'exploitèrent en tant que marchands à commission, et ils distribuèrent également de nombreux types d'huile, des matériaux pour vernis, de l'alcool et d'autres fournitures utiles aux constructeurs de navires. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Price & Harper, scierie à vapeur, fabrique de siège de luxe et dépôt de bois d'œuvre, Girard Avenue, entre Seventh Street et Eighth Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le bâtiment en briques, à quatre niveaux, jouxtant le dépôt de bois d'œuvre sur Girard Avenue, à l'ouest de Seventh Street, occupé par Price & Harper. Des enseignes sur la façade avant indiquent : « Fabrique de sièges de luxe, scierie à vapeur, usine avec tour et scie à chantourner, et fonderie ». De hautes piles de bois d'œuvre sont visibles dans la cour qui s'étend du bâtiment de l'usine à l'ouest, jusqu'à Eighth Street. Un homme guide un cheval hors de la cour, tandis que des chariots tirés par des chevaux, certains transportant du bois, circulent dans la rue devant le bâtiment. Un chariot et un couple se dirigent vers le sud, dans Eighth Street. Au premier plan, un chariot est arrêté près d'une balle de foin sur le trottoir et d'un lampadaire. Price & Harper furent partenaires de 1853 à 1855. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Penn Steam Engine & Boiler Works, au pied de Palmer Street, Kensington, Philadelphie. Reaney, Neafie & Company, ingénieurs, machinistes, fabricants de chaudières, forgerons et fondeurs
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre des bateaux amarrés devant la fabrique de chaudières et de machines à vapeur, située au pied de Palmer Street, sur le fleuve à fort trafic du Delaware. Des attelages de chevaux tirent des matériaux sur des bétaillères près de l'usine de chaudières. Des travailleurs s'affairent sur les quais, les appontements et les bateaux du site. Les navires à quai incluent des remorqueurs, des bateaux à vapeur, des embarcations à pédales et un voilier. La société fut établie sous le nom Reaney, Neafie & Smith en 1844, puis Levy devint partenaire en 1845 à la mort de Smith. Elle était spécialisée dans les moteurs et les bateaux en fer, et par la suite dans les pompes à incendie à vapeur. Reaney quitta le partenariat pour fonder son propre chantier naval en 1859. Neafie & Levy continua ses activités jusqu'en 1907. Plus tard, la société fut rebaptisée Penn Steam Engine & Boiler Works, en raison de sa proximité avec le site où William Penn aurait signé son traité avec les Lenapes. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0

    Vue de Point Airy, face à South Street, Philadelphie
    Louis (ou Lewis) Haugg naquit en 1827 en Allemagne. En 1847, il immigra aux États-Unis, où il travailla comme imprimeur et lithographe à Philadelphie de 1855 à 1900 environ. Cette publicité montre l'hôtel Point Airy et le quai, exploités par David Warren, situés à la pointe sud de Windmill Island, destination estivale populaire au XIXe siècle, avant que l'île fût rasée en 1897 pour permettre le passage de navires plus grands sur le fleuve Delaware. L'hôtel est entouré d'arbres. Au premier plan, le trafic fluvial varié inclut des ferries et des bateaux à voile, et des bateaux à rames traversent le fleuve. Un homme en costume, coiffé d'un haut-de-forme, aide un rameur dans l'une des barques. En arrière-plan, des voiliers et un ferry sont visibles devant la rive du New Jersey. Du milieu des années 1850 aux années 1860, Haugg produisit des gravures de mode, des publicités et des certificats. La plupart de ces lithographies furent imprimées par d'importantes sociétés locales, et il fut l'un des partenaires de l'établissement lithographique A.L. Weise & Company de 1869 à 1879. Sur les lithographies ultérieures de Haugg, des impressions indiquent qu'il fut imprimeur et lithographe, vraisemblablement au sein de sa propre affaire.

    0 0

    William W. Clark, entrepôt de produits chimiques et de remèdes, 16 North Fifth Street, Philadelphie. Drogues, médicaments, produits chimiques, verrerie, etc. Peinture, huile, verrerie, et remèdes anglais, français, allemands et méditerranéens
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre les locaux de la pharmacie de William Clark, au 16 North Fifth Street. Les enseignes annoncent la vente « de remèdes, de peinture, d'huile, de verrerie, et de remèdes anglais, français, allemands et méditerranéens ». On aperçoit sur les murs, par les portes d'entrée ouvertes, des rangées de bouteilles sur les étagères des meubles de rangement. Un employé tend le bras vers l'un des articles, tandis qu'un client entre dans le magasin. Un autre employé descend dans la cave devant le bâtiment. Des caisses et des tonneaux d'élixir, de remèdes et de peinture, marqués de leurs adresses de livraison, sont visibles sur le trottoir, derrière un chariot tiré par un cheval arrêté dans la rue. La vitrine centrale et les fenêtres des étages supérieurs sont remplies de bouteilles, de carafes, de cruches et de boîtes. Un énorme pilon et son mortier surplombent les entrées. La pharmacie Clark fut établie à cette adresse de 1839 à 1853. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Incendie du bateau à vapeur New Jersey sur le fleuve Delaware, en face de Philadelphie, le 15 mars 1856, au cours duquel 50 personnes périrent
    George G. Heiss, lithographe de Philadelphie du milieu du XIXe siècle, se spécialisa dans les images de matériel de lutte contre l'incendie. Cette lithographie montre, au loin, sous un ciel nocturne d'hiver, des nuages de fumée s'élevant du New Jersey, bateau à vapeur de la Philadelphia & Camden Ferry Company, ainsi que des canots se précipitant vers la catastrophe. Dans la partie droite de l'image, le ferry Dido se lançant également à son secours est partiellement visible. Le New Jersey s'embrasa à cause de chaudières défectueuses, au milieu d'un voyage de Camden à Philadelphie, alors que de la glace épaisse l'avait forcé d'emprunter une route alternative plus longue. L'incendie se propagea rapidement et le capitaine Ebenezer Corson tenta de rabattre le navire vers le quai d'Arch Street, à Philadelphie. À près de dix mètres de l'appontement, la timonerie s'écroula, entraînant la perte de contrôle totale du vaisseau. Corson survécut en sautant sur le rivage avant que le navire dériva sur le fleuve, mais 50 personnes périrent. Heiss, dont l'atelier était situé à proximité de l'accident, imprima peu après cette lithographie. Heiss naquit à Philadelphie en 1823. Il exposa à l'Artists' Fund Society entre 1840 et 1843, et il fut également un portraitiste reconnu. Il travailla étroitement avec le studio de lithographie Thomas Wagner and James McGuigan de 1847 à 1855, lorsqu'il ouvrit son propre établissement au 213 North Second Street. De cette époque jusqu'au début des années 1860, il lithographia et publia principalement des vues de camions de pompiers pour des d'unités locales de volontaires. En 1865, Heiss publia L'alphabet national illustré, enrichi de lithographies. Il cessa ses activités de lithographe en 1868, puis il établit un grand magasin de matériel d'artiste au 25 North 11th Street, qu'il exploita jusqu'en 1885.

    0 0

    Cornelius & Baker, fabricants de lampes, de chandeliers, de luminaires au gaz, etc., à l'angle de Columbia Avenue et de Fifth Street, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le grand bâtiment industriel de Cornelius & Baker, occupant la majeure partie du bloc 500 de Columbia Avenue. Près de l'une des entrées, un homme tient un cheval attelé à un sulky, et un omnibus est sur le point de tourner à l'angle. Au premier plan, des passagers montent dans un autre omnibus, qui effectue le trajet entre Germantown Road et North Fifth Street, tandis qu'un homme à cheval s'approche. Christian Cornelius, orfèvre néerlandais qui immigra aux États-Unis, fonda son entreprise d'éclairage en 1827 ; celle-ci devint la Cornelius, Baker & Company en 1835. Dans les années 1850, elle exploitait l'usine représentée ici, une autre sur Cherry Street et un magasin au 176 Chestnut Street. L'entreprise fabriquait initialement des luminaires en laiton, mais elle produisit également des sculptures et des luminaires en zinc, dont certains furent installés au Capitole. La Cornelius and Sons and Baker, Arnold and Company lui succéda en 1869. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Cornelius & Baker, 181 Cherry Street, Philadelphie. Fabricants de lampes, de luminaires au gaz, etc.
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre l'usine à plusieurs étages sur le bloc 800 de Cherry Street. Une tour et un drapeau américain dépassent du toit du bâtiment, dans lequel des travailleurs sont visibles par certaines fenêtres ouvertes. Plusieurs véhicules hippomobiles circulent dans la rue, notamment des chariots de livraison et, au premier plan, une calèche transportant trois messieurs, tirée par des chevaux agités que le cocher tente de calmer. Un garçon tenant une lampe marche près d'un lampadaire, à l'angle de la rue. Christian Cornelius, orfèvre néerlandais qui immigra aux États-Unis, fonda l'entreprise d'éclairage Cornelius en 1827 ; celle-ci devint la Cornelius, Baker & Company en 1835. Dans les années 1850, elle exploitait l'usine représentée ici, une autre sur le bloc 500 de Columbia Avenue et un magasin au 176 Chestnut Street. L'entreprise commença par fabriquer des luminaires en laiton, puis elle produisit également des sculptures et des luminaires en zinc, dont certains furent installés au Capitole. La Cornelius and Sons and Baker, Arnold and Company lui succéda en 1869. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!
    0 0
  • 10/07/14--11:50: La couronne des histoires
  • La couronne des histoires
    L'ouvrage présenté ici est l'un des deux volumes de Taj al-Tawarikh (La couronne des histoires), autobiographie d'Abdur Rahman Khân, souverain d'Afghanistan de 1880 à 1901. Après de longues années d'exil en Asie centrale, Rahman arriva au pouvoir sous l'égide des Britanniques, qui lui apportèrent par la suite un appui financier, politique et militaire. Se sentant menacé, il commença à réprimer différents groupes sociaux qui s'opposaient à son régime, telles que les tribus des Hazaras et des Ghilzais du centre et de l'est de l'Afghanistan. Il expulsa également des rivaux et leur famille, dont Barakzai Khan et Ghulam Muhammad Tarzi. L'émir Abdur Rahman Khân est célèbre pour avoir créé et centralisé l'administration publique moderne en Afghanistan. Une note dans ce volume indique que la version anglaise fut traduite en persan par Ghulam Murtza Khan Qandahari, consul général adjoint britannique à Mashhad, en Iran, et publié à Bombay par Matb-e Gulzar Husaini le 2 juillet 1904. En réalité, il s'agit ici d'une traduction inverse, car le livre parut initialement en persan à Kaboul en 1883. Qandahari déclare dans la préface qu'il le traduisit, « car son absence en persan était tangible et regrettable ». Selon l'érudit Amin Tarzi, le véritable traducteur de l'anglais en persan fut Mirza Husain Ali Shirazi, qui publia son ouvrage à Mashhad en 1903, révélant que la contribution de Qandahari à l'édition de 1904 était moindre que ce qu'il le lassa entendre. Le volume est composé d'une préface et de 12 chapitres. La préface semble avoir été écrite par Qandahari, qui loue la suprématie de Dieu et l'intégrité de Rahman en tant que souverain qui rétablit l'ordre en Afghanistan et bâtit un pays moderne. Le premier chapitre est consacré à la jeunesse de Rahman de 1853 à 1863, alors qu'il fut élevé comme un enfant de sang royal. Le second chapitre traite de la fuite de Rahman de Balkh à Boukhara en 1863, après avoir défié l'autorité de son oncle, l'émir Shir Ali Khan (1825−1879). Le troisième et le quatrième chapitres évoquent les guerres entre Rahman et Shir Ali Khan. Le cinquième chapitre porte sur sa vie en exil à Samarcande de 1870 à 1878, et le sixième chapitre sur l'année 1879, qu'il passa à Badakhshan. Les chapitres suivants abordent son couronnement, son organisation des affaires de l'État afghan, l'annexion d'Hérat, l'Afghanistan dans les années 1880, les luttes contre d'autres groupes de l'opposition, ainsi que les personnes et les familles afghanes qu'il força à l'exil. Un arbre généalogique et une photographie de Rahman précèdent le premier chapitre.

    0 0

    McNeely & Company, fabricants de maroquin, de peau de daim et de chamois, de cuir blanc, de peaux de cerf, de veau et de mouton tannées à l'écorce, de parchemin, de vélin, etc. 64 North Fourth Street, au sud d'Arch Street, près du Merchants Hotel, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre le grand complexe d'usines de McNeely, composé de plusieurs bâtiments industriels, de remises et d'une cour clôturée, à proximité d'une rue et d'un trottoir très passants. Des employés travaillent dans un labyrinthe de lignes de séchage sur lesquelles sont étendues des pièces de cuir. Des chariots de livraison traversent la cour et sortent par la porte surmontée d'un panneau marqué « McNeely ». Un travailleur collecte, à l'aide d'un chariot tiré par un cheval, du charbon amassé à côté du bâtiment principal. Des piétons, dont une femme et un garçon, se promènent et discutent sur le trottoir. Un couple afro-américain pousse une charrette à bras chargée, tandis qu'un omnibus bondé de la Frankford Road−Fourth Street circule dans la rue. La famille McNeely exploita une usine de cuir à Philadelphie de 1830 au début du XXe siècle. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Rockhill & Wilson, tailleurs et confectionneurs pour hommes et pour garçons, 205 et 207 Chestnut Street, et 28 South Sixth Street
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité montre l'intérieur large et spacieux du magasin de vêtements de Daniel H. Rockhill et de Franklin S. Wilson, situé aux 205−207 (ultérieurement les 603−605) Chestnut Street. Des vendeurs et des clients rangent et examinent les marchandises étalées sur les présentoirs du magasin, qui est richement décoré de pilastres, de frontons arrondis, de rosettes, ainsi que de chandeliers et de luminaires fleuris. Deux vendeurs s'occupent de clients au premier plan : l'un discute avec une femme et un jeune garçon, et l'autre aide des messieurs. En 1857, Rockhill et Wilson déménagèrent leur magasin du 111 (plus tard le 321) Chestnut Street à ce numéro, où il demeura jusqu'en 1882. L'entreprise possédait également des locaux au 28 South Sixth Street. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Harrison Brothers, fabrique de céruse et laboratoire de chimie, Philadelphie
    William H. Rease, né en Pennsylvanie en 1818 environ, fut le lithographe le plus prolifique de publicités imprimées de Philadelphie dans les années 1840 et 1850. Cette publicité est une vue d'ensemble de l'usine de produits chimiques d'Harrison Brothers, près de Fitler Street et d'Harrison Street, à Frankford, quartier plus à l'est du nord-est de Philadelphie. Les enseignes sur les bâtiments indiquent, de gauche à droite : « Usine d'acide pyroligneux », « Usine d'acide sulfurique  », « Usine d'acétate de plomb », « Usine de céruse », « Usine d'alun » et « Usine de sulfate ferreux ». La scène montre des travailleurs poussant des brouettes, jetant du charbon dans un fourneau et hissant des tonneaux à l'aide d'un palan. Des biches et des chevaux paissent dans les champs bordés d'arbres, derrière le complexe d'usines chimiques. Établie en 1793 environ, l'entreprise Harrison Brothers exploitait, à l'époque de la guerre de Sécession, des usines à New York, dans le Maryland et à Philadelphie. Elle occupa les locaux de Frankford présentés ici jusqu'en 1870. Rease commença à pratiquer son art vers 1844. Pendant les années 1850, il collabora essentiellement avec les imprimeurs Frederick Kuhl et Wagner & McGuigan à la production de tirages publicitaires connus pour leur représentation des détails humains. Bien que Rease travaillât souvent avec d'autres lithographes, il fit la promotion en 1850 dans l'annuaire d'entreprises O'Brien de son propre établissement au 17 South Fifth Street, au nord de Chestnut Street. En 1855, il déménagea son entreprise à l'angle nord-est de Fourth Street et de Chestnut Street (après un partenariat avec Francis Schell entre 1853 et 1855 environ), où il produisit des certificats, des vues, des cartes et des estampes maritimes en plus des tirages publicitaires.

    0 0

    Couplets rimés spirituels de Rûmî
    Masnavi-e Manawi (Couplets rimés spirituels de Rûmî) est le célèbre recueil de poésie de l'érudit soufi mystique et extatique du Moyen Âge Mawlānā Jalāl al-Dīn Rūmī (1207−1273), appelé Mowlana ou Mawlānā Jalaluddin Balkhi en Asie centrale, en Afghanistan et en Iran, et Rûmî en Occident. Ce manuscrit persan en écriture nasta'liq est une copie complète, incluant les six volumes et datant du XVe siècle, de Masnavi. L'ouvrage comporte des récits, des homélies et des commentaires. De nombreuses histoires mettent en scène des personnages de théâtre, tels que des mendiants, des prophètes, des rois et des animaux. Masnavi contient des histoires abordant des questions d'éthique et la sagesse traditionnelle, ainsi que d'autres pleines d'humour, dont une concernant la sexualité et les stéréotypes sur les ethnies et les genres. Les compositions en prose sont organisées extemporanément, avec parfois des interruptions soudaines et des retours au récit. En guise de prologue, Masnavi commence par « Le chant des roseaux », célèbre poème de Rûmî en 18 vers. Selon les érudits, ce chant incarne l'essence de l'œuvre. Un mystique qui s'est écarté de Dieu est à la recherche de son origine et aspire à la retrouver. Rûmî suggère dans ce chant que seul l'amour de Dieu lui permettra de retrouver cet état. La première histoire de Masnavi, développée autour du « Chant des roseaux », raconte comment l'amour d'un roi pour une esclave finit par la guérir de la maladie. Chacun des six livres possède sa propre introduction. L'introduction du premier volume, écrite en arabe, définit Masnavi comme « les racines de la religion », « révélant les secrets du savoir et de l'union ». Le contenu de Masnavi est qualifié de credo, de loi sacrée, de preuve de Dieu, de remède aux maladies des hommes et de mysticisme. Rûmî loue également la suprématie de Dieu : « Il est le plus protecteur et le plus miséricordieux de tous ». Les autres introductions, principalement en persan (celle du troisième livre est partiellement en arabe), sont composées en partie en prose et en vers. Dans chacune d'entre elles, Rûmî fait l'éloge de son plus grand disciple et successeur, Ḥosām-al-Din Chalabi (mort en 1284), saluant sa contribution à Masnavi. La conclusion de l'ouvrage, qui mêle les vers à la prose, en persan et en arabe, est intitulée « Le septième des livres de Masnavi ». Cette conclusion ne fait pas partie de l'œuvre d'origine connue de Masnavi, malgré des hypothèses sur l'existence d'un septième livre. Si cette théorie est vérifiée, ce manuscrit est donc un exemplaire rare. Le nom complet de Rûmî et l'année de publication, 1435, figurent sur la dernière page du sixième livre. Le lieu de la publication n'est pas indiqué, mais l'ouvrage fut probablement publié dans le Khorasan. Chaque récit comporte un en-tête rubriqué. Les pages ne sont pas numérotées.

    Warnning: Do NOT Get Caught While Searching!!
    Your IP : - Country : - City:
    Your ISP TRACKS Your Online Activity! Hide your IP ADDRESS with a VPN!
    Before you searching always remember to change your IP adress to not be followed!
    PROTECT YOURSELF & SUPPORT US! Purchase a VPN Today!

older | 1 | .... | 92 | 93 | (Page 94) | 95 | 96 | .... | 309 | newer