Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Articles on this Page

(showing articles 1 to 50 of 50)
(showing articles 1 to 50 of 50)

Channel Description:

Nouveautés et mises à jour de la Bibliothèque numérique mondiale
    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 37, 1er août 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 36, 15 juillet 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 35, 1er juillet 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 34, 20 juin 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 33, 10 juin 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 32, 1er juin 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 31, 15 mai 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 46, 1er janvier 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 45, 10 décembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 44, 1er décembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 43, 15 novembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 42, 1er novembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 41, 1 octobre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 40, 15 septembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 39, 1er septembre 1916
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 50, 1er mars 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 49, 15 février 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 48, 1er février 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 47, 15 janvier 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 54, 1er mai 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 53, 15 avril 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 52, 1er avril 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 51, 15 mars 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 60, 1er août 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 59, 15 juillet 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 58, 1er juillet 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 57, 15 juin 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 56, 1er juin 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 55, 15 mai 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 62, 1er septembre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 61, 15 août 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 63, 15 septembre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 68, 25 décembre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 67, 15 novembre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 66, 1er novembre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 65, 15 octobre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 64, 1 octobre 1917
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 70, 15 février 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 69, 15 janvier 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 74, 15 juin 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 73, 15 mai 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 72, 15 avril 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 71, 15 mars 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 77, 15 septembre 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 76, 1er septembre 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 75, 15 août 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0

    La Chéchia. Journal boyautant du 1er Zouaves. Numéro 78, 15 octobre 1918
    La Chéchia est le journal de tranchées publié par le 1er Régiment de zouaves de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale. Produit par et pour les soldats, ce type de journal était connu, entre autres, pour son humour noir, ses descriptions de la vie sur les lignes de front, ses poèmes et ses dessins. Les zouaves constituaient une unité militaire d'élite initialement formée en Algérie en 1830. La chéchia, qui donne son nom au journal, désigne le couvre–chef de forme cylindrique distinct d'origine arabe porté par les soldats de cette unité. Au total, 73 numéros de La Chéchia parurent entre mai 1915 et octobre 1918, période au cours de laquelle le 1er Régiment de zouaves participa aux combats intenses de bon nombre des batailles du front de l'Ouest en Belgique et en France. Chaque numéro était illustré et comptait généralement quatre pages. Tiré entre 800 et 1000 exemplaires, le journal était produit sur un cyclostyle, ancien appareil permettant de dupliquer un texte écrit. Le 1er Régiment de zouaves devint également fameux pour ses représentations théâtrales sur le front, dont les scripts étaient surtout publiés dans La Chéchia. Les soixante–et–onze numéros du journal présentés ici, commençant au numéro 2 du 1er juin 1915, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. La collection inclut une note écrite du lieutenant–colonel Rolland, commandant du régiment, datée du 12 avril 1916, qui accompagna un paquet renfermant des numéros du journal, destiné à une personne non identifiée. Dans sa note, Rolland déclare : « J'y joins aussi un numéro de la revue Au clair de la lune, œuvre de mes poilus qui fut jouée en sortant des tranchées, et je vous enverrai à l'avenir les quelques productions plus ou moins littéraires que nous pouvons avoir ». La collection comporte également le menu, daté du 18 octobre 1915, d'un dîner organisé pour les auteurs et les interprètes de la revue Au clair de la lune.

    0 0
  • 10/30/17--08:05: Under Four Flags
  • Under Four Flags
    Le film présenté ici est le troisième film de guerre officiel de la Première Guerre mondiale du gouvernement des États–Unis, produit en 1919 par le Corps des signaleurs de l'armée américaine. D'une durée de 25 minutes, cette réalisation en noir et blanc fut tournée sur place, principalement en France, du milieu à la fin de l'année 1918. Des équipes de la Section photographique, composées d'un cadreur d'images animées, d'un cadreur d'images fixes et d'assistants, étaient rattachées à chacune des divisions de l'American Expeditionary Force. L'image est saccadée et, sur le plan visuel, de qualité inégale. Toutefois, le film, sans recourir à la mise en scène, fait part avec une grande instantanéité de la dévastation et de la mort, de la camaraderie, du drame, de l'attention des soins infirmiers, des petits chars d'assaut de l'époque, appelés « baby tanks », et de la vie quotidienne des soldats américains « là–bas ». Il montre les champs désolés de Belgique et de France, les longues lignes de troupes en marche, des moments des batailles du bois Belleau et de Château–Thierry en juin 1918, ainsi que le président Poincaré et le général Mangin français inspectant les trophées allemands saisis. Une légende indique : « Un ferrailleur pourrait faire fortune ici ! », faisant référence à de grandes quantités d'armements ennemis abandonnés. On voit également une partie de la ville de Saint–Mihiel, qui fut le théâtre d'un triomphe américain majeur à la mi–septembre, et les suites de la victoire avec les anciens combattants français défilant dans les rues du village. Les généraux Foch, Haig, Diaz et Pershing apparaissent tous brièvement. Plusieurs légendes déclarent : « La démocratie est victorieuse ! La bonne nouvelle arrive ». Les titres des journaux annoncent la paix. Le film montre le président Woodrow Wilson et les défilés de la victoire à Washington. Il se termine avec ces mots : « Le tonnerre des canons a cessé. Les jours et les nuits sont redevenus paisibles de l'autre côté des mers. . . . Ici, depuis notre patrie, nous regarderons le soleil levant et, dans sa lueur, nous verrons les navires revenir vers l'ouest avec à leur bord les soldats qui nous avaient quittés. . . . L'histoire se rappellera qu'ils aidèrent à libérer le monde et à maintenir la flamme ardente de l'esprit de la Démocratie ».

    0 0
  • 10/30/17--08:05: San Francisco's Future
  • San Francisco's Future
    Au milieu de l'année 1916, les images du carnage en Europe et les attaques de sous–marins allemands sur les navires alliés montèrent l'opinion publique américaine contre l'Autriche et l'Allemagne, augmentant la probabilité de la participation américaine à la Première Guerre mondiale. Des manifestations de « préparation », visant à renforcer le soutien de l'armée américaine si la nation devait entrer en guerre, furent organisées à travers le pays, notamment dans les métropoles telles que New York, Washington (district de Columbia) et San Francisco. Les travailleurs radicaux constituaient une minorité réduite mais véhémente, opposée à la participation des États–Unis à la guerre, et capable de susciter l'agitation sociale et de provoquer de fortes réactions de la part des autorités. La grande parade de soutien de San Francisco, du 22 juillet 1916, devint la cible de violences radicales. Un pamphlet publié à la mi–juillet indiquait : « Nous allons lancer une petite action directe le 22 afin de montrer que nous et nos enfants ne pouvons pas être contraints au militarisme sans protestations violentes ». La procession comptait 51 329 manifestants, dont 2 134 organisations et 52 fanfares. Ironiquement, les signaux de départ de la parade étaient « l'explosion d'une bombe et le hurlement d'une sirène ». Les syndicats de la presse, des téléphones, des télégraphes et des tramways suivaient les divisions militaire, civique, judiciaire, étatique et municipale. Une demi–heure après le début de la parade, une bombe explosa dans Steuart Street, près de Market Street. Le dispositif, dissimulé dans une valise, fit 10 morts parmi les spectateurs et blessa 40 personnes, dans l'acte terroriste le plus meurtrier de l'histoire de San Francisco. Ce court métrage, avec son prologue de propagande animé et son titre, San Francisco’s Future (Le futur de San Francisco), avait pour objectif de promouvoir le bon choix entre, d'un côté, la prospérité et la justice, et de l'autre, l'anarchie, la sédition et le non–respect de la loi. Réalisé peu de temps après l'attentat, il était clairement destiné à un public local. L'attaque à la bombe suscita l'indignation et la colère de San Francisco. Deux grands dirigeants syndicaux radicaux, Thomas Mooney (1882–1942 env.) et son assistant Warren K. Billings (1893–1972), furent arrêtés, puis reconnus coupables à la suite d'un procès hâtif et bâclé, qui se déroula dans une atmosphère de lynchage et qui produisit plusieurs faux témoins. Mooney fut condamné à la peine de mort et Billings à la réclusion à perpétuité. Une commission de médiation, mise en place par le président Woodrow Wilson, ne trouva aucun élément indiquant clairement la culpabilité de Mooney. En 1918, sa peine fut commuée en prison à vie. En 1939, aux vues des preuves désormais accablantes de parjure et de faux témoignage utilisées lors du procès, le gouverneur Culbert Olson gracia les deux hommes. L'identité du poseur de bombe ne sera probablement jamais connue.

    0 0

    AWOL, ou All Wrong Old Laddiebuck
    Ce court métrage, réalisé en 1919 environ par Charles R. Bowers (1889–1946), comédien burlesque et dessinateur humoristique, fut distribué par l'American Motion Picture Corporation. Il s'agit d'une mise en garde pour les troupes impatientes de rentrer au pays après l'armistice de novembre 1918, qui mit fin à la Première Guerre mondiale. En anglais, le terme d'argot « laddiebuck », également écrit « laddybuck », était légèrement péjoratif. Un « lad » est un garçon ou un gamin, et un « buck » signifie ici un jeune cheval. « Laddiebuck » désigne donc un jeune homme sans manières, comme un cheval non apprivoisé. Ce jeune homme se plaint auprès de ses compagnons d'armes de leur démobilisation tardive, tandis que les autres soldats sont convaincus que l'oncle Sam fait de son mieux. Il se dirige vers la fenêtre, d'où il voit la jolie Joy, également appelée Miss AWOL (Absent without leave, en français Mademoiselle Absente sans permission), qui lui fait signe. Tous deux s'en vont en voiture et se lancent dans des aventures insensées. Pour sa virée dans un véhicule volé, il est condamné à payer une amende par le juge Gloom. Il recommet toutefois immédiatement le même délit. Le jeune homme et Joy repartent en cavale. Après une série de mésaventures et une fois la voiture écrasée contre un arbre, Joy le quitte pour un autre imbécile. Au camp, l'officier responsable vient juste de féliciter ses soldats pour leur loyal service et leur bonne conduite, lorsque le bon vieux « Laddiebuck » revient rôder. Tous les soldats lui tournent alors le dos. Par la suite, il les regarde depuis le corps de garde alors qu'ils rentrent gaiement au pays. À l'instar des autres films de Charley Bowers, ce court métrage allie originalité créative et comédie burlesque. Il fait partie d'une collection de dessins animés muets conservée à la Bibliothèque du Congrès, avec une introduction par Joy A. McIntire.